Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : se cultiver et se divertir chez soi

Apprenez à compter les oiseaux depuis votre fenêtre grâce à la LPO

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon, France Bleu Bourgogne, France Bleu

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) a lancé dès le début du confinement le mardi 17 mars une opération de sciences participatives qui vise à compter les oiseaux depuis son balcon, sa fenêtre ou son jardin. Et ça cartonne : plus de 151 000 données ont été enregistrées en deux semaines.

Tableau de relevé des oiseaux
Tableau de relevé des oiseaux © Radio France - Valentin BOISSAIS

« Pourquoi ne pas profiter de cette immobilisation forcée pour observer ou écouter la nature de proximité, apprendre à mieux la connaître, en parler et même la protéger ?! » La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) a lancé dès le premier jour du confinement annoncé par Emmanuel Macron le lundi 16 mars un défi quotidien de sciences participatives. 

L'idée, c'est d'observer dix minutes tous les jours à sa fenêtre, son balcon ou depuis son jardin les oiseaux que vous voyez se poser. La LPO conseille « d’être le plus exhaustif possible en signalant tous les oiseaux qui fréquentent votre jardin durant ces dix minutes ». Puis, le travail d'observation fini, il ne reste plus qu'à enregistrer ces données précieuses sur www.oiseauxdesjardins.fr. L'opération a rencontré pour le moment un franc succès avec 151 310 données enregistrées et 377 400 oiseaux observés du 17 au 31 mars.

Quels oiseaux peut-on observer en Bourgogne-Franche-Comté ?

Cela dépend du territoire d'observation, si vous habitez en ville, à la campagne ou près d'une réserve naturelle, un paradis pour les oiseaux. Guy Hervé, président de la LPO de l'Yonne, précise que l'on peut tous observer des espèces classiques comme « le merle noir, les mésanges bleu et charbonnière, le rouge-gorge, le pinson des arbres ou même le pigeon domestique »

Des espèces identifiables pour beaucoup. Néanmoins, pour ceux qui ne savent pas différencier un merle d'un pigeon, il existe sur le site d' "Oiseaux des jardins" des fiches tuto avec des illustrations pour aider à reconnaître les oiseaux les plus communs. Vous pouvez y également envoyer la photo d'un oiseau que vous avez pu prendre en train de se poser chez vous et quelqu'un vous éclairera. 

Profitez du confinement pour apprendre à reconnaître les oiseaux qui se posent chez vous et à envoyer vos données à la LPO pour aider la Ligue à affiner leurs études sur la répartition géographique des espèces d'oiseaux en France.

Toutefois en Bourgogne-Franche-Comté, d'autres oiseaux sont observables comme des rapaces (le faucon crécerelle ou la buse) ou des espèces nouvelles comme la cigogne noire ou le guêpier d'Europe. Vous pouvez observer également des espèces en régression comme les oiseaux du bâti, hirondelles, martinets, ou moineaux.

Mesurer l'évolution et la répartition géographique

L'objectif de cette opération, c'est d'aider les scientifiques à compter les oiseaux, même en temps de confinement. La LPO compte tirer un bilan de toutes ces observations pour pouvoir étudier les populations d'oiseaux et leur répartition géographique et ainsi comparer ces nombres avec les années précédentes. 

"Le confinement c'est l'opportunité pour la biodiversité d'avoir des collecteurs de données." - Carine Carbon, attachée de presse à la LPO

Ce n'est pas la première fois que ce genre d'opérations d'observations participatives est lancé par la LPO. Mais cette fois-ci, grâce au confinement, les données enregistrées sont très importantes. Elles ont été multipliées par 6 par rapport aux années précédentes sur la même période.

Même si l'on a actuellement plus le temps de pouvoir observer les oiseaux, la LPO rappelle que l'on peut tous poursuivre ce comptage quotidien même après la fin du confinement car la nature, elle, ne s'arrête pas de vivre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu