Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Après la neige, la deuxième vie des remontées mécaniques dans les Vosges

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Faute de neige, la station des Hautes-Navières au Valtin (Vosges) vient de fermer définitivement. Pour le patron, il n'est pas question de laisser mourir l'activité économique. A Bussang, on veut également redonner vie aux anciennes pistes.

Dans les Vosges, par manque de neige, l'avenir des remontées mécaniques se pose de plus en plus.
Dans les Vosges, par manque de neige, l'avenir des remontées mécaniques se pose de plus en plus. © Radio France - Lucas Valdenaire

A quinze kilomètres à l'est de Gérardmer, une station de ski vosgienne vient de disparaître. Le domaine des Hautes-Navières au Valtin n'est officiellement plus exploité depuis le 31 décembre 2019. En conséquence, les trois téléskis desservant les trois pistes ne fonctionneront plus jamais.

Cela faisait longtemps qu'on réfléchissait à arrêter car ce n'était plus du tout rentable, explique le gérant de la station Sébastien Baradel. C'est beaucoup de travail et vu les conditions météo qui s'aggravent d'années en années, c'était pas plus mal.

"Démonter pour préserver l'environnement"

La mairie du Valtin, propriétaire des terrains, donne quatre ans à Sébastien Baradel pour dégager les lieux. Désormais, le Vosgien cherche un acheteur pour donner une nouvelle vie à ses remontées mécaniques dans une autre station. Le fil-neige a été vendu à la future station du Haut-du-Tôt et la dameuse a été cédée à un agriculteur de Sancerre dans le centre de la France. En revanche, s'il ne trouve personne dans le temps imparti, les pylônes seront envoyés chez le ferrailleur. "C'est dommage si ça se termine comme ça. Les téléskis ne sont pas foutus, mais bon, à voir."

Même si la loi ne l'y oblige pas (la station des Hautes-Navières a été créée avant 2016), Sébastien Baradel ne laissera pas son domaine en friche pour, dit-il, "préserver cet environnement prisé des touristes". 

Au niveau paysage, on a les yeux dessus tous les jours. Et pour les clients, voir des pylônes partir en friche, rouillés sur place, c'est quand même pas très joli. Mieux vaut que la nature reprenne le dessus et après on en parle plus, c'est fini.

Le patron cherche maintenant à se recentrer sur son hôtel-restaurant du Vétiné. Sébastien Baradel prévoit de nombreux investissements pour y développer un espace bien-être et ainsi attirer les touristes en toutes saisons.

Pour autant, le territoire valtinois ne reste pas dépourvu de descentes alpines. Au Grand Valtin, le téléski et les deux pistes sont toujours exploitées. Aucune fermeture n'est envisagée. Il n'y a plus qu'à attendre les flocons.

Trail et VTT pour remplacer le ski alpin

A 50 kilomètres au sud du Valtin, à Bussang, les remontées de la Bouloie ne tournent plus depuis une dizaine d'années. Les pylônes, eux, ont été dégagés il y a six mois, en août 2019. Adieu les trois téléskis desservant les cinq anciennes pistes. La nature reprend le dessus et le maire Alain Vinel aimerait accélérer le développement du VTT. "Nous travaillons également sur une nouvelle course de trail sur l'ancienne piste," explique l'élu. L'association "Bussang évènement" s'emploie enfin à donner une nouvelle vie au domaine, avec des concerts, des courses, des soirées et même des descentes aux flambeaux. Un objectif : que le domaine ne disparaisse pas en même temps que la neige.

Là encore, le ski alpin n'est pas totalement laissé de côté à Bussang. Les descentes du Larcenaire, elles, sont toujours exploitées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu