Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Arrêté anti-pesticides : la justice donne raison à la ville d'Antony

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté, une nouvelle fois, ce lundi la demande de suspension d'un arrête anti-pesticides. Antony, ville des Hauts-de-Seine, peut donc interdire les produits phytopharmaceutiques sur son territoire.

La justice a rejeté la demande de suspension de l'arrêté anti-pesticides de la ville d'Antony, dans les Hauts-de-Seine.
La justice a rejeté la demande de suspension de l'arrêté anti-pesticides de la ville d'Antony, dans les Hauts-de-Seine. © Maxppp - OLIVIER BOITET

Antony, France

"Les produits phytopharmaceutiques constituent un danger grave pour les populations exposées" : c'est notamment par ses mots que le tribunal administratif a justifié sa décision concernant l'arrête anti-pesticides pris par la mairie d'Antony en mai dernier. La justice a en effet décidé, ce lundi, de rejeter la demande de la préfecture des Hauts-de-Seine de suspendre cet arrêté qui interdit les produits phytopharmaceutiques dans la ville.

Antony peut donc interdire les pesticides, et notamment le glyphosate, sur son territoire. Le tribunal a tout de même rappelé que "cette prérogative relève normalement de la compétence du ministre de l'Agriculture". La préfecture des Hauts-de-Seine aurait fait appel selon le Parisien.

Un troisième arrêté validé par la justice

Durant l'audience, la municipalité a souligné les caractéristiques de la ville, traversée "par 8,5 km de voies ferrées, dont l'entretien implique l'utilisation d'herbicides contenant du glyphosate, et qui bordent en particulier un hôpital privé, comportant un service de néonatologie, ainsi qu'un hôpital psychiatrique". 

Le 8 novembre, un juge du même tribunal avait déjà rejeté la suspension de deux autres arrêtés anti-pesticides, ceux des villes de Gennevilliers et Sceaux. 

Depuis le 18 mai dernier et un arrêté pris par le maire de Langouët en Ille-et-Villaine, plus d'une centaine de communes ont fait la même démarche, dont Paris. Plusieurs ont en revanche été suspendus par la justice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu