Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Au salon Tech and Bio, des solutions contre les pesticides

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

A l'heure où le débat sur la distance d'interdiction des pesticides fait rage, des agriculteurs ont mis au point des alternatives pour se passer de produits phytosanitaires dans le traitement de leurs sols, et ils les exposeront au salon Tech and bio, mercredi et jeudi.

Le salon attend 350 exposants et 20000 visiteurs.
Le salon attend 350 exposants et 20000 visiteurs. © Radio France - Léo Corcos

Bourg-lès-Valence, France

Dans la chaleur drômoise, des bruits de moteurs vrombissent de partout dans le domaine du Valentin de Bourg-lès-Valence. Des tracteurs font des allers-retours sur et hors des sols. Il y a des tracteurs traditionnels, à moteur thermique, et il y a des tracteurs électriques (bien moins bruyants), comme celui d'Alexandre Prévault-Osmani. Le co-fondateur de la start-up Sabi et Agri a conçu ce tracteur électrique, et n'utilise plus de pesticides depuis deux ans. "La problématique de la mécanisation, c'est qu'on tasse les sols. On a conçu un outil léger pour ne pas les tasser et pouvoir passer plus souvent. La mécanique revient à sa place initiale de pouvoir travailler le sol et ne pas utiliser les produits phytosanitaires."

"On a vu qu'il y avait une problématique de mécanisation dans l'agriculture biologique, mais que les outils étaient trop lourds ou énergivores. On a donc conçu quelque chose de léger et performant, et on est arrivés à ce tracteur électrique" - Alexandre Prévault-Osmani, le co-fondateur de la start-up Sabi et Agri

Le tracteur électrique de Sabi et Agri - Radio France
Le tracteur électrique de Sabi et Agri © Radio France - Léo Corcos

L'alternative s'est donc retrouvée dans la mécanique, néanmoins il a fallu s'adapter, se réinventer pour changer de mode de fonctionnement. Cela se traduit par des outils donc plus légers, mais aussi moins énergivores, voire plus autonomes. C'est le cas du robot Anatis, développé par la start-up carré. Il est équipé d'un GPS et d'une caméra, et il fera le désherbage tout seul. "On a eu une forte demande d'en finir avec les pesticides. On n'avait pas le choix de trouver des solutions, et c'était le désherbage mécanique", explique Oscar Lobi, le responsable du projet. Cela fait un an qu'il a trouvé cette alternative aux pesticides.

Le robot autonome de la start-up Carré - Radio France
Le robot autonome de la start-up Carré © Radio France - Léo Corcos

Les solutions sont là, mais elles ne sont pas encore assez accessibles

Même dans l'agriculture bio, on utilise encore des produits phytosanitaires (comme le cuivre ou le soufre). Si leur utilisation se réduit voire a tendance à disparaître, et si les solutions existent, elles sont encore naissantes, et surtout, coûteuses, inaccessibles pour le grand public. "Ne plus travailler avec les pesticides, ça a un coût temporel. Au lieu de passer une fois avec un produit, on va passer plusieurs fois avec un outil mécanique. Et cela a une incidence sur le sol. _Economiquement, c'est souvent lourd de s'affranchir des produits phytosanitaires_", décrit Alexandre Prévault-Osmani.

"L'idée de ce salon est de faire évoluer tous les agriculteurs vers des solutions respectueuses de l'environnement, pour produire des produits de qualité, et rémunérateurs" - Olivier Durand, le commissaire général du salon Tech and Bio

Faire autrement, c'est bien l'objectif du salon Tech and Bio, et la demande est là, mais il faudra un certain temps pour que le changement de mentalité se fasse, et que la transition ait lieu. "Le produit est plus simple à utiliser que des techniques plus coûteuses et plus complexes. L'agriculteur n'a pas vocation à utiliser des pesticides, il veut produire un produit pour rendre le consommateur heureux. S'il a des solutions peu contraignantes et efficaces en temps et en argent. Les solutions qu'on a doivent fonctionner pour arriver à convaincre un plus grand nombre. Il faut donc un peu plus de temps qu'un changement de produit par un autre", décrypte Olivier Durand, le commissaire général du salon Tech and Bio.

"L'idée n'est pas de remplacer un produit par un produit, mais plutôt de trouver des solutions nouvelles et alternatives aux produits phytosanitaires" - Olivier Durand, le commissaire général du salon Tech and Bio

Le salon accueillera 350 exposants, et attend plus de 20000 visiteurs.

Choix de la station

France Bleu