Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Augmentation des productions bio en Alsace : "On veut vraiment maintenir l'exigence"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

La production bio a augmenté de 17% en Alsace en 2019, soit près de 150 nouveaux producteurs. Une bonne nouvelle pour ceux déjà installés chez nous, qui craignent tout de même une moindre exigence de la part de certains.

Julien Scharsch, maraîcher bio à Saessolsheim, produit notamment des carottes
Julien Scharsch, maraîcher bio à Saessolsheim, produit notamment des carottes © Radio France - Soisic Pellet

Julien Scharsch produit des carottes, des panais, des salades ou encore des betteraves sur son exploitation bio à Saessolsheim depuis dix ans. Mais il n’est plus le seul désormais : « Il y a quasiment maintenant un producteur bio dans chaque village, ça commence. Et ce qui est bien, c’est que dès que quelqu’un s’installe, les collègues autour s’y intéressent.» Les chiffres d’ailleurs vont dans ce sens. 

17% d’augmentation en production 

Selon les chiffres de l’Opaba (observatoire de la culture biologique en Alsace), la production bio a augmenté de 17% en Alsace l’an passé, un taux légèrement au-dessus de la moyenne nationale. Ce qui représente 147 nouveaux producteurs. 

Une hausse en lien avec celle de la consommation qui a augmenté elle de 13% en France en 2019. 

Un risque de baisse de qualité

Cette hausse du nombre de producteurs «satisfait» vraiment Julien Scharsch. Une seule crainte chez lui : que ces nouveaux venus aient les mêmes exigences que « les producteurs historiques et les consommateurs ». C’est-à-dire que les trois piliers, environnemental, économique et social, soient respectés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess