Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Australie : "La nature part en fumée et ça fait très mal au cœur", témoigne une Lorraine à Melbourne

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La situation est toujours dramatique en Australie : 24 personnes sont décédées depuis le début des incendies. Près de 130 feux continuent de ravager le pays. "Ici, tout le monde se mobilise pour aider," témoigne Fanny Beck, une professeure lorraine et habitante de Melbourne.

Une professeure originaire de Dombasle, habitante de Melourne, témoigne sur France Bleu Lorraine du drame vécu en ce moment par les Australiens.
Une professeure originaire de Dombasle, habitante de Melourne, témoigne sur France Bleu Lorraine du drame vécu en ce moment par les Australiens. © Radio France - Gaële Joly

Le temps presse en Australie. La météo est un peu plus clémente depuis ce début de semaine, mais 130 feux continuent de ravager le pays. Les panaches de fumée atteignent désormais les côte du Chili et de l'Argentine à 12.000 kilomètres de là. 

"On est entourés de fumées toxiques"

Le bilan est lourd : 24 morts, huit millions d'hectares brûlés et 1.500 maisons détruites. Sans compter les millions d'animaux pris au piège. "C'est dramatique," témoigne Fanny Beck sur France Bleu Lorraine. Elle est professeure de français originaire de Dombasle et habitante à Melbourne.

"On voit la nature partir en fumée, et ça fait très mal au cœur"

"Je suis actuellement sur la cote en sécurité, mais on est juste très entourées de fumées toxiques, déclare Fanny Beck. C'est comme s'il y avait un épais brouillard. L'odeur est intenable, c'est difficile de respirer. Les gens commencent à porter des masques et il est conseillé de rester à l'intérieur."

"C'est dramatique : ça donne l'impression d'une apocalypse, c'est très triste."

"J'ai une amie qui vient de perdre sa maison, ajoute la Dombasloise. Quelqu'un de sa famille a également perdu une amie dans les incendies. On est tous touchés, c'est terrible."

"Les Australiens sont en colère"

En ce moment, 2.000 pompiers luttent sur le front des incendies. Les habitants, aussi, se donnent du mal pour venir en aide aux sinistrés. "Tout le monde se mobilise, explique Fanny Beck. On fait des dons financiers et matériels : des pochettes avec des produits hygiéniques par exemple pour aider les pompiers à se laver les dents ou prendre une douche. On peut aussi envoyer de la nourriture aux personnes coincées dans les gymnases en attendant de rentrer chez elles."

"On essaie tous de faire quelque chose. Un tout petit peu peut faire énormément."

Désormais, le Premier ministre conservateur se retrouve sous le feu des critiques, notamment pour sa mauvaise gestion de la crise. "Justement, j'en ai parlé hier avec mes élèves, raconte la professeure. L'année dernière, les sapeurs-pompiers se sont aperçus que la sécheresse était très importante. Ils ont donc signalé au gouvernement que cela n'allait pas en s'arrangeant. Ils ont alors présenté un projet au gouvernement, et ce projet a été rejeté. Les feux ont commencé en novembre, et le gouvernement a attendu le mois de janvier pour dire qu'il fallait peut-être faire quelque chose."

"Les Australiens sont beaucoup en colère. Peut-être que si on avait fait quelque chose en amont, la catastrophe aurait été moins importante."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu