Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On avait l'impression d'être sur une île" : dix ans après Xynthia, une habitante de la Dive se souvient

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Le matin du dimanche 28 février 2010, après le passage de la tempête, les habitants du Rocher de la Dive, à St Michel-en-l'Herm, se sont réveillés sur une île, comme autrefois. Au sec, mais sans électricité, ils ont été héliportés vers un gymnase.

Le Rocher de la Dive aujourd'hui, entouré d'eau le matin du 28 février 2010 après le passage de la tempête Xynthia.
Le Rocher de la Dive aujourd'hui, entouré d'eau le matin du 28 février 2010 après le passage de la tempête Xynthia. © Radio France - Victoria Koussa

"On était entouré d'eau, ça fait drôle !". Dans sa maison, qui fait partie de la dizaine d'autres toujours jonchées sur le Rocher de la Dive, à Saint-Michel-en-l'Herm (Vendée), Florine* se souvient de ce matin du 28 février 2010, après le passage de la tempête Xynthia qui a coûté la vie à 29 habitants de La Faute-sur-Mer, à quelques kilomètres de là. La retraitée, réveillée par son petit-fils de 6 ans, est loin de s'imaginer l'ampleur des dégâts. "Quand on se réveille, on a l'impression d'être sur une île, d'être redevenu une île, comme autrefois, parce que le Rocher de la Dive était une île !" raconte l'aînée, dix ans après. Elle n'a pas vécu, comme d'autres, de traumatisme ce jour-là : "Finalement, on était en sécurité, là, sur notre île, tranquille... On a ensuite été héliporté à l'Aiguillon".

Son petit-fils apeuré

Malgré tout, son petit-fils, âgé de 6 ans à l'époque, a été marqué par l'épisode rocambolesque. "Comme les voisins d'en bas ont été héliportés par un gros Dragon de l'armée, il les a regardés un moment, les voyant suspendus dans l'air... Il n'a pas mangé, est resté un moment sur le coin du canapé, il ne voulait pas monter dans l'hélico, il avait peur... puis, après, il est parti avec", témoigne la grand-mère. 

Le comble pour le petit ? "Quand il racontait ça à l'école, les autres ne voulaient pas le croire ! Ça l'agaçait !" sourit la retraitée.

*Le prénom a été changé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu