Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Sécheresse : les chercheurs de Nancy tentent de sauver la forêt de 2050

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Comment seront composées les forêts de demain qui subissent les sécheresses à répétition et le réchauffement climatique ? Des espèces vont disparaître et des chercheurs de l'Inra Nancy tentent de modéliser la forêt de 2050. Des "puits à carbone" à préserver en Lorraine comme en Amazonie.

La sécheresse tue certaines espèces d'arbres et la composition floristique de la forêt va changer.
La sécheresse tue certaines espèces d'arbres et la composition floristique de la forêt va changer. © Radio France - Thierry Colin

Champenoux, France

La forêt amazonienne est «un puits à carbone», tout comme la forêt de Haye qui borde Nancy et les arbres vont subir le réchauffement climatique et des sécheresses plus fréquentes. Des chercheurs nancéiens de l'Inra Nancy (Institut national de recherche agronomique) tentent de modéliser la forêt de 2050 ou de 2100 pour voir quelles espèces vont résister dans le temps et comment seront composées les forêts laissées aux futures générations.

Certaines espèces d'arbres vont disparaître 

L'ordinateur de Damien Bonal, chercheur à l'Inra de Champenoux, près de Nancy, se situe en lisière de forêt mais le scientifique a passé plus de temps en Guyane à étudier la forêt amazonienne que dans le massif de la forêt de Haye en Lorraine. Aujourd'hui, le spécialiste des arbres dirige l'unité mixte de recherche Silva avec 150 scientifiques qui tentent de comprendre - notamment - comment la forêt résiste aux sécheresses et au réchauffement climatique. Des chercheurs de l’Inra mais aussi de l’université de Lorraine et d’Agroparistech. Avec le manque d'eau, des espèces vont disparaître et d'autres vont résister.

Pour Damien Bonal, «la sécheresse, quand elle est très forte, tue certaines espèces et d'autres espèces sont relativement résistantes et c'est aussi bien le cas dans les forêts tempérées que les forêts tropicales donc si on a une accentuation de l'intensité des sécheresses ou de la fréquence de sécheresse, il y a certaines d'espèces qui vont disparaître et il y a certaines espèces qui vont, elles, se maintenir parce qu'elles résistent bien et donc on va avoir des changements dans le futur de la composition floristique, la composition en espèces d'arbres, mais aussi des autres espèces végétales». 

Quel est l'effet de la sécheresse sur le rôle de stockage de carbone ? 

Et le scientifique nancéien de poursuivre : «_Notre premier objectif c'est de comprendre quel est l'effet de la sécheresse sur la croissance et sur le rôle de stockage de carbone et le deuxième objectif, c'est d'_essayer d'imaginer qu'elle sera le fonctionnement de ces forêts, la diversité en espèces dans ces forêts dans quelques décennies : en 2050, en 2100 en utilisant des modèles pour faire des simulations». 

Avec un constat : le réchauffement climatique et les sécheresses répétées comme ces deux dernières années en Europe ont des conséquences : «les forêts, quand il y a des sécheresses importantes, subissent et vont avoir une diminution de leur rôle de puits de carbone» assure Damien Bonal qui s'intéresse autant aux forêts tropicales qu'aux forêts européennes en Lorraine et dans le Sud-Ouest de la France.

Quelle forêt en 2050 ? Ecoutez Damien Bonal, chercheur à l'Inra Nancy.

Pourquoi protéger les forêts ? Ecoutez Damien Bonal, chercheur à l'Inra Nancy.

Choix de la station

France Bleu