Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Baie d'Authie : 350.000 m3 de sable pour protéger les habitants, en urgence

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Face à l’urgence de la situation, des travaux de réensablement de la Baie d’Authie viennent de commencer. Clairement, si rien n’est fait, en attendant la construction d’une digue à l’intérieur des terres, au printemps prochain, 12.000 habitants sont menacés, à chaque grande marée.

Entre les assauts du fleuve et de la mer, la Baie d'Authie se transforme très vite. Il n'y a quasiment plus de dune, pour protéger les 12.000 riverains
Entre les assauts du fleuve et de la mer, la Baie d'Authie se transforme très vite. Il n'y a quasiment plus de dune, pour protéger les 12.000 riverains © Radio France - Matthieu Darriet

Groffliers, France

Au sud de Berck-sur-mer, après les petits rechargements de sable de ces dernières années, c'est une grosse opération qui démarre en Baie d'Authie. Il s’agit, cette fois, de 350.000 m3 de sable à déplacer, pour éviter que la mer passe au-dessus du tout petit bout de dune qu’il reste.

Pour déplacer 350.000 tonnes de sable, les engins de chantier ne peuvent travailler que 5 heures par jour, en raison des marées, en Baie d'Authie. - Radio France
Pour déplacer 350.000 tonnes de sable, les engins de chantier ne peuvent travailler que 5 heures par jour, en raison des marées, en Baie d'Authie. © Radio France - Matthieu Darriet

Près du Bois des sapins et sur l'ancienne digue Barrois (qui était très dégradée), camions et pelles mécaniques ne peuvent travailler que 5 heures par jour, en raison des marées. Mais il n’y a plus de temps à perdre, avec la dune qui n’existe quasiment plus, souligne Bruno Cousein, le Président de l’Agglomération des 2 Baies : ""

Là, depuis deux ans, le recul s'est accéléré. On est plutôt à 9 mètres, par an !

Et Bruno Cousein poursuit : "si jamais la mer passe, c'est 12.000 personnes qui risquent d'être impactées par l'arrivée des eaux. Et puis, ce sont des centaines d'hectares qui risquent de recevoir de l'eau salée, avec les conséquences que cela peut avoir sur la biodiversité terrestre."

En Baie d'Authie, au niveau du Bois des sapins, il n'y a quasiment plus de dune. Le risque de submersion marine est très élevé, avec les tempêtes hivernales. Une menace pour 12.000 habitants. - Radio France
En Baie d'Authie, au niveau du Bois des sapins, il n'y a quasiment plus de dune. Le risque de submersion marine est très élevé, avec les tempêtes hivernales. Une menace pour 12.000 habitants. © Radio France - Matthieu Darriet

Face à cette situation, l’Etat a accepté une procédure d’exception. Et il participe au financement à hauteur de 80%, pour ces travaux, réclamés de longue date, par l’association de Daniel Moitel, SOS Baie d’Authie : "enfin, on nous défend ! Nous approuvons tout ce qui va être fait, c'est-à-dire 350.000 mètres cube de sable qui vont être transférés et défendus par des pieux en bois. Ces troncs vont permettre d'éloigner le courant du fleuve."

En Baie d'Authie, l'urgence est de ramener 350.000 m3 de sable. Il est prélevé au large, ce qui va permettre de crée un canal, pour tenter de dévier une partie du fleuve. - Radio France
En Baie d'Authie, l'urgence est de ramener 350.000 m3 de sable. Il est prélevé au large, ce qui va permettre de crée un canal, pour tenter de dévier une partie du fleuve. © Radio France - Matthieu Darriet

Une fois le danger écarté, des travaux de construction d’une digue de protection rétro-littorale -c’est-à-dire derrière la dune- commenceront, au printemps. La facture totale de ce vaste chantier va dépasser les 8 millions d’euros. Et ce n'est pas fini, car, dans le cadre d'un projet beaucoup plus large et à plus long terme, il faudra construire d'autres digues, côté Somme et Pas-de-Calais. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu