Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Baie du Mont-Saint-Michel : l'ilôt de Tombelaine s'ensable

Tombelaine pourrait, à l'avenir, ne plus être une île. Ces dernières années, les sédiments s'accumulent sur la partie nord-est de la baie, dans le triangle entre Genêts, Tombelaine et la Pointe du Grouin du sud. Des riverains et des passionnés pointent du doigt le barrage, mis en service en 2009.

Tombelaine dans la baie du Mont-Saint-Michel
Tombelaine dans la baie du Mont-Saint-Michel © Radio France - Lucie THUILLET

Tombelaine s'ensable ainsi que toute la "petite baie", au nord-est, s'inquiètent des riverains, notamment au sein de l'association AGEB, les Amis du site de Genêts, de ses environs et de la Baie du Mont-Saint-Michel. 

En effet, ces dernières années, l'envasement s'est accéléré autour de l'ilôt alors que la partie sud-ouest s'est creusée au gré des marées et  de l'effet chasse d'eau du barrage, construit pour éviter l'ensablement au pied de la Merveille et permettre le rétablissement de son caractère maritime.  

Maintenant, en marée de faible coefficient, on peut aller du littoral à Tombelaine à pied, ce qui était inenvisageable il y a dix ans. L'ensablement s'est accéléré. Les herbus progressent,  le paysage est complètement modifié ainsi que la magie de la baie. Elle perd une partie de son caractère maritime, regrette Marie-Claude Manet, présidente honoraire de l'association AGEB.

L'ensablement s'est accéléré autour de l'ilôt de Tombelaine.
L'ensablement s'est accéléré autour de l'ilôt de Tombelaine. © Radio France - Lucie THUILLET

Ces riverains tout comme le scientifique manchois Jean Malphettes pointent du doigt l'action des lâchers d'eau du barrage qui a creusé le coté ouest et changé les dynamiques, la mer entrant désormais par ce coté de la baie.  Elle devient un estuaire de plus en plus étroit. 

L'ensablement permanent qui était a un niveau moyen de 3 centimètres par an est passé subitement à des niveaux beaucoup plus élevés localement, mais quand je dis localement, c'est sur 60% de la surface de la baie, à 25-30 centimètres par an. On a multiplié par dix la vitesse d'ensablement, assure Jean Malphettes.

La situation s'est simplement inversée entre le nord et le sud de la baie, répond le responsable d'exploitation du barrage. C'est lié aussi aux fleuves la Sée et la Sélune qui coulent désormais plus au sud et qui ne jouent plus leur rôle d'érosion au nord. Mais le phénomène est naturel, rappelle Romain Desguées :

Il y a environ un million de mètres cubes de sédiments qui se déposent chaque année dans la baie. Le projet de rétablissement du caractère maritime a pour objet de lutter contre la sédimentation au pied du Mont-Saint-Michel. A l'échelle de la baie, de toute façon, c'est impossible. 

Pour le suivi, des relevés topographiques, appelés relevés LIDAR, sont réalisés deux fois par an dans la baie, depuis la mise en place du barrage en 2009.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess