Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Barrage de Sivens : une nouvelle étude lancée et le principe d'un ouvrage acté

-
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Après trois heures et demi de réunion, les pros et anti barrage à Sivens sont parvenus à un consensus sur une nouvelle retenue d’eau sur le bassin du Tescou. Les résultats d’une étude sur les besoins en eau lancée dans moins de deux mois.

La réunion à la maison forestière de Sivens a duré plus de trois heures
La réunion à la maison forestière de Sivens a duré plus de trois heures © Radio France - Sandrine Morin

Lisle-sur-Tarn, France

On avance, mais à petit pas. À Sivens dans le Tarn, les 51 membres de l’instance de co-construction composée d'élus locaux, d'agriculteurs et d'associations écologistes réunis ce lundi 9 septembre à la maison forestière de Lisle-sur-Tarn sont sortis sur un consensus. Il n’y a pas encore de véritable décision sur un possible barrage. En revanche l'étude sur les besoins en eau demandée depuis des années par les écologistes est enfin lancée. Un projet toujours très sensible, quasiment cinq ans après la mort de Rémi Fraisse, le jeune écologiste tué par la grenade d'un gendarme mobile.

Une étude sur les besoins en eau

Écologistes et agriculteurs sont sortis relativement satisfaits de la réunion qu'on annonçait décisive à Sivens. Les premiers repartent avec une étude des besoins qui sera lancée par l'agence de l'eau. Elle sera lancé dans moins de deux mois. Les agriculteurs, eux, sont satisfaits que l'hypothèse d'un barrage ait été retenue parmi les solutions validées. Toutefois on ne sait pas où sera ce barrage et pour quelle quantité d'eau.
 

51 membres de l'instance de coconstruction étaient présents à la maison forestière de Sivens - Radio France
51 membres de l'instance de coconstruction étaient présents à la maison forestière de Sivens © Radio France - Sandrine Morin

Un jour historique

La maire de Lisle-sur-Tarn, Marilyn Lherm, parle, elle, d'un "jour historique" qui a enfin permis de faire se reparler deux groupes qui paraissaient irréconciliables. 

"Un jour historique" pour Marylin Lherm

La maire de Lisle-sur-Tarn , Marilyn Lherm, juste avant la réunion  - Radio France
La maire de Lisle-sur-Tarn , Marilyn Lherm, juste avant la réunion © Radio France - SM

Voici le texte qui a fait consensus : 

"Dans l'attente de la prise de décision quant aux volumes répondant aux besoins sur le bassin versant du Tescou et aux enjeux d’avenir soulevés dans la charte devant donner lieu au lancement d’une étude spécifique (dans un délai d'un à deux mois) qui s'appuiera sur les contributions existantes des différents acteurs du projet de territoire (Agence de l'eau, chambre d'Agriculture, propositions des APNE et services de l'État). 

Demandant que cette étude soit menée par l'Agence de l'eau et puisse bénéficier d'une participation financière des Départements du Tarn et de Tarn-et-Garonne et la Région Occitanie, l'Instance de Co-Construction  du projet de territoire du bassin versant du Tescou décide : 

D'approuver  un schéma de principe d'organisation de la ressource en eau s’appuyant  sur les trois axes suivants :    

  • Axe 1 : Une optimisation de la retenue du Thérondel associée à l'utilisation du réseau du Syndicat d’Irrigation de Reynies,   
  • Axe 2 : la valorisation et la mutualisation des retenues collinaires individuelles pour le soutien des écoulements naturels du Tescou et l’alimentation des coteaux,  
  • Axe 3 : La création d’un ouvrage sur le haut bassin du Tescou  limité à une faisabilité technique et constructible allant jusqu’à  1.000.000 m3 disponible»

Ce petit texte de quelques lignes qui a été validé sans vote à Sivens c’est un vrai exercice d’équilibriste qui sans doute a été préparé en étroite relation avec le département du Tarn et la région Occitanie

Toutefois rien n’est simple et rien n’est fini. Car la phrase qui valide le barrage est très floue. On ne sait pas où il sera exactement (sur la zone humide ou pas). On ne connait pas sa taille (1 million de m3 au maximun, mais ça peut être beaucoup moins ). Ça, ce sont donc les prochains combats et sur ce terrain-là, le consensus semble encore loin. 

Reportage Sandrine Morin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu