Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : les maraîchers haussent le ton

-
Par , France Bleu Berry

A Bourges, les associations qui regroupent les propriétaires des marais ont l'impression d'être dans une impasse dans les discussions avec la mairie. Pour l'instant, aucune solution n'émerge pour éviter de brûler les déchets verts sur place, pratique interdite en France.

Michel Melin, président de Patrimoine Marais (au premier plan) , et Jean Guimier, président de l'association des maraîchers de Bourges, au troisième rang.
Michel Melin, président de Patrimoine Marais (au premier plan) , et Jean Guimier, président de l'association des maraîchers de Bourges, au troisième rang. © Radio France - Michel Benoit

A Bourges, certains maraîchers continuent de brûler leurs déchets verts sur leurs parcelles alors que la loi l'interdit. La nouvelle municipalité a décidé de maintenir une tolérance jusqu'en novembre prochain, mais ensuite, il faudra trouver une autre solution plus écologique. C'est le but des discussions entamées il y a trois mois, mais pour l'instant aucune proposition ne fait consensus.  

La mairie propose de subventionner un broyeur, mais les associations devraient en payer une partie et devraient le gérer. Cela ne leur plaît pas. L'autre solution serait de trouver une entreprise qu'il faudrait payer pour ramasser les déchets verts. Là aussi, ça coince : " Un certain nombre de maraîchers trouvent qu'instaurer un système de paiement serait injuste par rapport à d'autres personnes qui peuvent, elles, bénéficier de prêt de matériels de la part de l'agglomération"  explique Michel Melin, président de Patrimoine Marais. " Après tout, le ramassage des déchets est déjà payé au travers des impôts locaux. Beaucoup ne comprennent pas pourquoi ils devraient donc payer en plus. Et puis, il serait assez compliqué d'organiser ce broyage et notamment d'acheminer les branches de saule ou de frêne principalement depuis certaines parcelles. On ressent une certaine fronde chez les maraîchers et un certain agacement. C'est un euphémisme de le dire." 

Que faire des branchages des marais de Bourges ?
Que faire des branchages des marais de Bourges ? © Radio France - Michel Benoit

Cela s'avère particulièrement difficile pour les quarante-cinq hectares des marais du haut, uniquement accessibles en barque. Les associations ont proposé que la mairie mette un broyeur sur une barque pour aller jusqu'aux parcelles, mais c'est également compliqué à organiser. Jean Guimier, président de l'association des maraîchers de Bourges a donc proposé une autre solution : " On pourrait faire circuler une grande barque dans ces marais du haut, destinée à récupérer les déchets verts comme cela existe pour les encombrants dans la ville." A priori, la mairie trouve cela un peu lourd également à gérer. 

Les maraîchers en appellent à l'Etat

Cela bloque aussi par manque de moyens. Les maraîchers appellent donc l'Etat à ses responsabilités : " Il ne faut pas oublier que c'est d'abord l'architecte des bâtiments de France qui est le responsable et le gestionnaire des marais depuis leur classement en 2003 " argumente Michel Melin. " Et l'architecte des bâtiments de France, on ne la voit guère." Il ne reste plus qu'une dizaine de mois pour que les discussions aboutissent. Inutile de vous dire que si des PV étaient dressés l'hiver prochain, cela risquerait de mettre le feu aux marais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess