Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Buzançais : douze brebis en écopâturage jusqu'à l'automne

-
Par , France Bleu Berry

Un troupeau de brebis est arrivé à Buzançais fin avril. Elles font de l'écopâturage prairie des Hervaux.

Ces brebis de race Thônes et Marthod ont la particularité d'avoir le museau, le contour des yeux et les oreilles noirs
Ces brebis de race Thônes et Marthod ont la particularité d'avoir le museau, le contour des yeux et les oreilles noirs © Radio France - Sarah Tuchscherer

Si vous êtes passés par Buzançais récemment, vous n'avez pas pu les rater : douze brebis sont actuellement en pâturage prairie des Hervaux, à côté du magasin Lidl. Elles resteront dans la commune jusqu'à l'automne, ce qui leur donnera le temps de brouter plusieurs parcelles. L'an dernier déjà, Buzançais avait utilisé des animaux pour tondre naturellement ses espaces verts. A cause du Covid, ils n'étaient arrivés qu'en septembre et étaient restés deux mois. 

"Avant, l'entretien de ces parcelles était mécanique, explique le responsable du service espaces verts, Guillaume Forestier. Ça n’était pas bon pour la biodiversité. Là, il n'y a aucun risque de pollution aux hydrocarbures ou autres". Le recours à ces brebis de race Thônes et Marthod, originaire de Savoie, habituée à grimper des pentes escarpées, permet de passer à des endroits difficiles d'accès. "Il ajoute une plus-value au site", ajoute l'employé communal, qui souligne l'intérêt pédagogique de la démarche : "on est le long d'un axe très emprunté. Les moutons plaisent beaucoup aux gens et aux enfants en particulier". Il est toutefois précisé le long de leur enclos qu'il ne faut pas les déranger, ni leur donner à manger. L'herbe qu'ils trouvent sur place leur suffit amplement.

Un complément de revenu

Le propriétaire du troupeau, Matthieu Rabier, trouve aussi son compte dans cette opération. Eleveur installé à Luçay-le-Mâle, il y trouve des parcelles supplémentaires pour accueillir ses bêtes, ainsi qu'un complément de revenu. Il précise : "La rémunération que je touche en tant qu'écopâtureur est équivalente à ce que je gagne en vendant la viande de mes agneaux"

Matthieu vient régulièrement rendre visite à ses brebis. Il apporte alors un seau de maïs pour amadouer ses bêtes et pouvoir approcher les plus craintives
Matthieu vient régulièrement rendre visite à ses brebis. Il apporte alors un seau de maïs pour amadouer ses bêtes et pouvoir approcher les plus craintives © Radio France - Sarah Tuchscherer
Choix de la station

À venir dansDanssecondess