Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

CARTE - Sécheresse en France : 87 départements concernés par des restrictions d'eau, 41 en situation de crise

-
Par , France Bleu

87 départements français font désormais l'objet de mesures de restrictions d'eau à cause de la sécheresse. Pour mieux gérer l'irrigation des terres agricoles, très affectées, le gouvernement a annoncé ce jeudi matin qu'il allait autoriser la mise en place d'une "soixantaine" de retenues d'eau.

Un sol craquelé par la sécheresse
Un sol craquelé par la sécheresse © Radio France - Mickaël Chailloux

Seuls deux départements de France ne sont pas concernés par la sécheresse selon les données publiées sur le site gouvernemental Propluvia mercredi à minuit. Il s'agit des Côtes d'Armor et du Morbihan. 94 départements sont placés en vigilance ou en alerte et 87 font l'objet de mesures de restriction d'eau.

41 départements sont même en situation de "crise". Les particuliers et les professionnels ont interdiction de prélever de l'eau, seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité). Il s'agit de : l'Ain, Allier, Aube, Aude, Aveyron, Bouches-du-Rhône, Cantal, Charente, Charente-Maritime, Cher, Côte-d'Or, Creuse, Deux-Sèvres, Dordogne, Eure, Eure-et-Loir, Gard, Gers, Gironde, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Haute-Vienne, Ille-et-Vilaine, Indre, Indre-et-Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Loir-et-Cher, Lot, Lot-et-Garonne, Maine-et-Loire, Nièvre, Oise, Puy-de-Dôme, Saône-et-Loire, Seine-et-Marne, Tarn, Tarn-et-Garonne, Vendée, Vienne et de l'Yonne.

© Visactu

Une "soixantaine" de retenues d'eau 

Pour faire face aux conséquences de cette sécheresse et mieux gérer l'irrigation des terres agricoles dans le futur, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a annoncé ce jeudi que le gouvernement allait autoriser la mise en place d'une "soixantaine" de retenues d'eau sur le territoire, entre 2019 et 2022. "On ne va pas regarder la pluie tomber du ciel pendant six mois et la chercher les six autres mois de l'année. Il s'agit de capter l'eau de pluie, de la retenir dans des retenues 'collinaires', (...) pour pouvoir la restituer après dans les sols, lorsqu'il y a sécheresse", a-t-il expliqué.

Une solution décriée par les associations de défense de l'environnement. Treize projets de "bassines" dans le département des Deux-Sèvres, deux en Charente-Maritime et un dans la Vienne, sont notamment contestés par des militants écologistes qui dénoncent un système pompant principalement les ressources des nappes souterraines et soutenant l'agriculture jugée intensive.

Les retenues vont "se faire sur des projets de territoire discutés" avec les écologistes, a assuré Didier Guillaume, appelant au "pragmatisme" pour que l'agriculture "soit résiliente et puisse avancer". Selon lui, les agriculteurs utilisent "30% de moins d'eau aujourd'hui qu'il y a 10 ou 15 ans" et sont toujours plus nombreux à s'engager dans la "transition agro-écologique".  "Si on veut continuer à avoir une agriculture française, et ne pas importer (des produits agricoles, NDLR) dont nous ne voulons pas, alors il faut que l'agriculture française soit résiliente" a-t-il martelé.

Pour faire face aux conséquences des dernières sécheresses, la Commission européenne a validé le mois dernier le déblocage d'un milliard d'euros d'aides qui seront versées "de manière anticipée" aux agriculteurs en octobre au titre de la politique agricole commune (PAC).  Les agriculteurs ont également obtenu des dérogations auprès de Bruxelles pour permettre, dans 69 départements, de faucher des jachères pour nourrir leurs animaux.

Trois niveaux de restrictions de l'usage de l'eau

Dans les départements placés en vigilance, les autorités incitent particuliers et professionnels à faire des économies d'eau. Dans les territoires placés en alerte, il y a trois niveaux de restrictions d'usage de l'eau : 

  • Alerte : réduction des prélèvements à des fins agricoles inférieure à 50% (ou interdiction jusqu'à 3 jours par semaine), mesures d'interdiction de manœuvre de vanne, d'activité nautique, interdiction à certaines heures d'arroser les jardins, espaces verts, golfs, ou encore de laver sa voiture.
  • Alerte renforcée : réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50% (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine), limitation plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, jusqu'à l'interdiction de certains prélèvements.
  • Crise : arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité).
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu