Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ce Dijonnais marche plusieurs jours jusqu'à l'Elysée pour alerter sur les moteurs allumés à l'arrêt

-
Par , France Bleu Bourgogne

Robert Boennec, Dijonnais de 60 ans et président de l'association "Stop au ralenti", marche depuis près de deux semaines. Parti de Dijon, direction Paris, il veut rencontrer Emmanuel Macron pour l'alerter sur la dangerosité des moteurs qui tournent au ralenti.

Robert Boennec marche depuis près de deux semaines pour alerter sur la dangerosité des moteurs allumés à l'arrêt
Robert Boennec marche depuis près de deux semaines pour alerter sur la dangerosité des moteurs allumés à l'arrêt - Robert Boennec

Robert Boennec marche depuis près de deux semaines pour alerter sur la dangerosité des moteurs allumés à l'arrêt. Parti de Dijon le jeudi 20 février, il doit arriver à Paris mercredi soir. Ce Dijonnais de 60 ans, président de l'association "Stop au ralenti", souhaite rencontrer Emmanuel Macron pour l'alerter et lui demander la création d'une commission à ce sujet.

Ce Dijonnais de 60 ans est le président de l'association "Stop au ralenti"
Ce Dijonnais de 60 ans est le président de l'association "Stop au ralenti" - Robert Boennec

Dix étapes, près de deux semaines de marche

Chaque jour, Robert Boennec marche environ 30 km et dort le soir dans des gîtes, ou des hôtels : "Je croise peu de monde, mais je trouve toujours de quoi me loger, explique le randonneur, contacté par France Bleu Bourgogne. Je fais une dizaine d'étapes environ."

Si Robert Boennec connait bien ce sujet des moteurs allumés pendant de longues minutes à l'arrêt, c'est parce qu'il est lui même chauffeur : "Je travaille moi-même dans une entreprise et je le vois, c'est partout pareil : les chauffeurs ne sont pas formés ni sensibilisés. Le chauffeur attend ses passagers, il laisse son moteur tourner, ou bien il est à la machine à café et son moteur tourne." 

Selon une étude réalisée par Santé Publique France en 2016, la pollution tue chaque année 48 000 personnes prématurément
Selon une étude réalisée par Santé Publique France en 2016, la pollution tue chaque année 48 000 personnes prématurément - Robert Boennec

"Quand on s'arrête pour passer à la boulangerie, on n'est pas obligés de laisser tourner le moteur"

Selon lui, il faut que les municipales prennent des arrêtés pour obliger les conducteurs à l'arrêt à couper leur moteur : "Quand on s'arrête pour faire des achats, passer à la boulangerie, téléphoner à un ami ou même attendre quelqu'un, on n'est pas obligés de laisser tourner son moteur pendant dix à vingt minutes, parfois plus, explique le Dijonnais. Il est plus économique et écologique de couper son moteur quand on est sur un stationnement."

Selon une étude réalisée par Santé Publique France en 2016, la pollution tue chaque année 48 000 personnes prématurément, dont 2000 décès dans notre région Bourgogne Franche Comté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu