Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Centrale nucléaire de Cattenom : Greenpeace et le collectif "Sortir du nucléaire" portent plainte contre EDF

Après l'accident de Fukushima, l'Autorité de sûreté nucléaire a demandé l'installation de "diesels d'ultime secours", des générateurs de secours, près de chaque réacteur en France, avant fin 2018. Mais EDF a demandé un délai. Deux associations montent au créneau concernant la centrale mosellane.

Selon l'INSEE, la centrale Cattenom fait travailler 631 entreprises en Moselle.
Selon l'INSEE, la centrale Cattenom fait travailler 631 entreprises en Moselle. © Radio France - François Pelleray

Cattenom, France

La centrale de Cattenom est à nouveau dans le collimateur des militants anti-nucléaire. Greenpeace et le réseau "Sortir du nucléaire" ont déposé une plainte ce jeudi contre EDF, concernant la centrale mosellane. 

Les associations dénoncent le fait que le producteur et fournisseur d'électricité tarde à installer des "diesels d'ultime secours". Il s'agit de gros groupes électrogènes qui permettent de garantir l'alimentation électrique du réacteur, même dans des conditions extrêmes. 

Une plainte déposée et un recours contentieux engagé

Après l'accident de Fukushima en 2011, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé à EDF d'installer ces diesels d'ultime secours auprès de chaque réacteur en France, avant fin 2018. Mais à cause de problèmes de construction de ces diesels d'ultime secours, l'exploitant a demandé un délai. L'ASN a accordé une dérogation jusqu'à fin 2020, indiquent Greenpeace et "Sortir du nucléaire" dans un communiqué. 

"L’ASN a cédé à la pression d’EDF, on va dire, et ils ont fixé de nouveaux délais. On ne trouve pas acceptable qu’en 2012, l’Autorité de sûreté nucléaire fasse des prescriptions, donne presque six ans à EDF pour les mettre en œuvre, et EDF ne respecte pas les délais", réagit Roger Spautz, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France et Luxembourg. 

Après avoir déjà déposé un recours gracieux, les deux associations ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure. Elles ont porté plainte contre EDF et déposé un recours contentieux.

La direction d'EDF se veut rassurante

Contactée, la direction d'EDF explique que le chantier national pour construire ces diesels d'ultime secours a pris plus de temps que prévu. Elle précise que ces DUS sont des dispositifs d'urgence extrême, plus robustes, décidés après l'accident Fukushima. Aujourd'hui, chaque réacteur de la centrale de Cattenom est équipé de cinq dispositifs d'alimentation de secours : deux lignes à haute tension, deux diesels de secours et une turbine à gaz. La direction ajoute que les DUS sont actuellement en phase de tests et qu'ils devraient être installés d'ici deux ans. 

Une consultation publique pour Cattenom

La veille, la préfecture de la Moselle avait annoncé sur Twitter l'organisation d'une consultation publique sur le projet de Plan particulier d'intervention (PPI) de la centrale de Cattenom. Elle démarre lundi 26 août et va durer un mois, jusqu'au 22 septembre. Elle sera mise en place dans les mairies des communes dans un périmètre de 20 km autour du site, ainsi que dans les sous-préfectures des arrondissements de Thionville, de Forbach/Boulay-Moselle, et à la préfecture.

Choix de la station

France Bleu