Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Centrale nucléaire de Fessenheim : la procédure d'arrêt du dernier réacteur a commencé

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

L'arrêt du deuxième réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim a commencé à 16h30 ce lundi, avec six heures d'avance sur l'horaire annoncé initialement. C'est la fin du fonctionnement de la plus vieille centrale de France.

La centrale nucléaire de Fessenheim.
La centrale nucléaire de Fessenheim. © AFP - PHILIPP VON DITFURTH

La mise à l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim a débuté ce lundi à 16h30 annonce l'AFP, citant EDF. Le débranchement du second réacteur aurait dû démarrer à 23H30, pour un découplage du réseau électrique national aux alentours de 2h du matin mardi. Ce second réacteur va finalement ralentir progressivement pour être débranché vers 23H30. Le premier réacteur de Fessenheim avait été arrêté le 22 février.

C'est la fin de 43 ans d'exploitation pour la plus ancienne centrale de France, mais le début d'un long processus puisque le démantèlement définitif ne prendra pas fin avant 2040. Ironie du sort, la centrale avait connu un arrêt inopiné d'un peu plus de 24 heures, le 26 juin, à la suite d'un orage.

Concrètement, ce lundi, dans le poste de pilotage de la centrale, une quinzaine de personnes veillent à la baisse de puissance progressive. Une fois le réacteur découplé du réseau électrique, 250 agents vont encore se relayer pendant dix jours. Le démontage des réacteurs va prendre ensuite plusieurs années, avant la phase de démantèlement proprement dite.

Pour les salariés, c'est une journée de deuil, comme le signifie le syndicat CGT de la centrale. Le processus de démantèlement ne nécessitera pas autant d'agent EDF et de salariés d'entreprises prestataires que le fonctionnement classique : une soixantaine de salariés EDF à l'horizon 2024 au lieu de 750 fin 2017. Ces dernières semaines régnait dans la centrale une atmosphère de nostalgie, racontent certains.

Les antinucléaires ont au contraire organisé une conférence de presse itinérante sur le Rhin et plusieurs actions symboliques entre France et Allemagne, pour célébrer un jour que les plus aguerris attendent depuis 43 ans.

La centrale de Fessenheim : 43 ans de production d'électricité et de polémique

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu