Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Centre de Giuncaggio : le préfet de Haute-Corse exige des garanties environnementales

-
Par , France Bleu RCFM

Le préfet de Haute-Corse a publié ce mardi un arrêté exigeant des garanties environnementales pour le futur site d’enfouissement de déchets de Giuncaggio.

8000 balles de déchets sont entreposées sur le site de Saint Antoine à Ajaccio
8000 balles de déchets sont entreposées sur le site de Saint Antoine à Ajaccio © Radio France - Olivier Castel

Le préfet de Haute-Corse a publié un arrêté ce mardi exigeant quelques garanties environnementales de la part de la société Oriente Environnement, qui veut construire un site d'enfouissements de déchets de Giuncaggio (Haute-Corse). Le centre, s'il est construit, accueillera, au maximum de ses capacités, 80 000 tonnes de déchets par an.

Un bilan de l'impact environnemental au fur et à mesure du remplissage du site

Dans un arrêté de 70 pages, le préfet exige notamment qu'un bilan soit établi pour les premiers casiers remplis de déchets avant d'autoriser à remplir les autres. "L'idée, c'est l'évolutivité dans le remplissage de ce centre. Au fur et à mesure, on va s'assurer de la stabilité des premiers casiers (...) afin de s'assurer que le remplissage des casiers ne remettra pas en cause la stabilité du terrain", explique François Ravier. L'entreprise ne pourra donc pas exploiter toutes ses casiers d'un coup.

François Ravier assure qu"il y a également un double système de sécurité sur l'évacuation des eaux, sur les lexiviat, sur le risque incendie.". Il est également prévu qu'une commission "réunissant l'ensemble des personnes intéressées", se réunisse régulièrement pour suivre l'évolution du chantier et la gestion du centre d'enfouissement. 

Il reste encore une dérogation à obtenir avant la construction

Mais avant de démarrer le projet, la société Oriente Environnement doit encore obtenir une autorisation. Il manque une dérogation au titre des espèces protégées qui sont présentes sur le site Natura 2000 de la Basse-Vallée du Tavignano : la truite macrostigma ainsi que deux espèces de chauves-souris rares et menacées en Europe. Une commission nationale doit encore étudier le dossier et donner son feu vert.

A LIRE AUSSI : La Corse pourrait (encore) exporter une partie de ses déchets vers le continent

Autre obstacle : les associations Tavignanu Vivu, U Levante et la Collectivité de Corse ont entamé une procédure de pourvoi en cassation, non suspensive, pour contester le projet. La justice administrative, en première instance puis en appel, avait donné raison à l'entreprise en retoquant l'arrêté du préfet qui avait voulu bloquer le projet à cause de son impact environnemental. 

Le centre de Giuncaggio, s'il voit le jour, traitera au maximum de ses capacités 80 000 tonnes de déchets ménagers et 120000 tonnes de terres amiantifères par an. Les deux sites existants, à Prunelli-di-Fiumorbo (2B) et à Vigianello (2A), sont régulièrement saturés et ne peuvent pas prendre en charge la totalité des 170 000 tonnes de déchets ménagers produits en Corse chaque année. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess