Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Chambéry : des lycéens manifestent contre la déforestation en Amazonie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Une dizaine de lycéens du mouvement Youth for Climate ont manifesté ce vendredi 23 août devant la mairie de Chambéry. Ils se mobilisent contre la déforestation en Amazonie et soutiennent les militants de l'association à Paris qui bloquent l'ambassade du Brésil.

Une dizaine de lycéens membres du mouvement Youth for Climate ont manifesté devant la mairie de Chambéry
Une dizaine de lycéens membres du mouvement Youth for Climate ont manifesté devant la mairie de Chambéry © Radio France - Augustin Bordet

Chambéry, France

Alors que G7 commence demain, à Biarritz, les incendies en Amazonie se sont invités à la table des discussions. Et l'événement prend une tournure internationale. Emmanuel Macron a même accusé le Brésil d'avoir "menti" sur ses engagements écologiques et s'oppose à l'accord de libre échange entre l'Union européenne et le Mercosur.

Rapidement, plusieurs associations ont appelé à manifester devant les consulats brésiliens partout dans le monde.

Une dizaine de lycéens devant la mairie de Chambéry

Devant l'Hôtel de ville de Chambéry, ils sont une dizaine de lycéens, tous membres du mouvement Youth for Climate, à s'être rassemblés. "Une manifestation spontanée", explique Valentine Sbriglio, 17 ans. "J'ai vu que sur Paris, des membres de l'association bloquaient l'ambassade du Brésil. Ici il n'y a pas d'ambassade, mais il me semblait important de faire quelque chose".

Qu'on soit dix ou mille, il faut réagir - Luce Renaud, lycéenne

Sur leurs pancartes, le message est clair : "Notre âme-azonie brûle" ou encore "Ce n'est pas le bon Amazon qui brûle". Les militant souhaitent interpeller, sensibiliser, dialoguer. Pour Luce Renaud, qui vient d'obtenir son baccalauréat, il faut miser sur le bouche à oreille. "Même si on est peu, une personne peut en parler à d'autres. Et qu'on soit dix, ou mille, ce n'est pas important. Il faut réagir !"

Bien déterminés à occuper la place une partie de l'après-midi, les jeunes ce sont organisés. "On pris l'habitude cette année avec les manifestations du vendredi", se souvient Léa Roche-Gaillon, lycéenne à Vaugelas. "Certains vont chercher de l'eau, d'autres du matériel pour les pancartes".

Une mobilisation soutenue par certains passants

Leur mobilisation attire l’œil. Installé en terrasse sur la place de la mairie, Marc, 72 ans, tient à féliciter les jeunes. "C'est bien qu'ils prennent ça en main. Si on attend que les gouvernements agissent, ça bougera jamais."

Nathalie est, elle aussi, venue soutenir les lycéens. "Cette génération est pleine d'entrain. Nous, les soixante-huitards, et on n'avait pas les bons outils. Maintenant, tout le monde devrait s'y mettre."

Des manifestations ont aussi eu  lieu à Grenoble, Toulouse, Nantes ou encore Nice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu