Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
EN DIRECT - Paris : quatre personnes blessées à l'arme blanche, un suspect interpellé
Dossier : France Bleu Montagne

Chamrousse : des ados se retroussent les manches pour nettoyer les abords du lac Achard

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Confrontée à la surfréquentation du site, la mairie de Chamrousse (Isère) interdit désormais le bivouac aux abords du lac Achard. Ce mardi matin, des jeunes de la station y sont montés pour ramasser les déchets.

Nettoyage du lac Achard
Nettoyage du lac Achard © Radio France - Lionel Cariou

Plastiques alimentaires, mégots, mouchoirs, morceaux de verre, papier toilette... Gantés et "armés" de sacs en plastique, six ados de la station (locaux et résidents secondaires) ratissent méticuleusement les abords du lac Achard, au-dessus de Chamrousse (Isère). Le lac Achard, à 1917 mètres d'altitude, offre un cadre idyllique moyennant un effort raisonnable - à peine une heure de marche pour un dénivelé modeste. On comprend son succès auprès des familles et des campeurs. 

Le lac Achard, un site idyllique
Le lac Achard, un site idyllique © Radio France - Lionel Cariou

Des pins à crochets coupés

"On se dit qu'on est là pour nettoyer derrière, mais les gens devraient faire plus attention", estime Naël, 15 ans. Un peu plu loin, Niels s'affaire au-dessus d'un ancien foyer : "on enlève les pierres pour défaire le cercle pour que le gens ne se disent pas 'on peut faire un feu il y a déjà un emplacement'." 

Des restes de feux de camp
Des restes de feux de camp © Radio France - Lionel Cariou

Puis vient Olivier Draghici, bêche en main. Cet accompagnateur en moyenne-montagne retourne le foyer, mélange la terre et la cendre pour que la végétation puisse repartir. Ici, le feu est interdit... et pourtant, certains coupent les branches des "pins à crochets" parfois centenaires. "Et ils font ça pour faire cuire des saucisses!" se désole le professionnel. "Il faut apprendre à respecter cet environnement, plaide-t-il. Si on veut continuer à avoir ce patrimoine qui est magnifique et facilement accessible, il faut en prendre soin." 

Un arbre "élagué"...
Un arbre "élagué"... © Radio France - Lionel Cariou

Baignade et bivouac interdits

Hélène, une touriste, est venue prendre le frais. Elle a dormi ici, dans son sac de couchage et sous la voûte étoilée. Mais pas vraiment au calme. "Il y avait un peu de bruit, des jeunes avaient mis de la musique" s'étonne-t-elle. Elle n'a pas pu fermer l’œil avant minuit et demi-une heure. "Pas top ni pour les autres campeurs, ni pour l'environnement." Car ici, on est dans un "espace naturel sensible" que la surfréquentation - et pas seulement les abus - déstabilise. 

Johnatan Perret, écogarde
Johnatan Perret, écogarde © Radio France - Lionel Cariou

"On un problème d'érosion des sols, énumère Johnatan Perret, l'éco-garde de la station. On a l'eau du lac qui au lieu de se stratifier tranquillement et de sédimenter au fond, hé bien elle est régulièrement brassée par les baigneurs. Donc les animaux qui ont besoin d'une eau limpide ne s'y retrouvent pas trop. On a les herbiers en bord de lac qui sont piétinés par les chiens, or ce sont des rampes de lancement pour les libellules." La baignade, rappelle-t-il, est interdite. 

"La montagne est grande"

Brigitte de Bernis, maire de Chamrousse
Brigitte de Bernis, maire de Chamrousse © Radio France - Lionel Cariou

Et la nouvelle maire de Chamrousse Brigitte de Bernis, vient d'ajouter le bivouac à la liste des activités prohibées aux abords du lac Achard - l'arrêté a été rendu public ce mardi. "Même si les gens sont vigilants, ils occupent une zone sensible, la faune et la flore en pâtissent" souligne l'élue. Certains soirs, le week-end, on compte une cinquantaine de tentes. "La montagne est belle, la montagne est grande" insiste Brigitte de Bernis qui demande aux campeurs de choisir d'autres sites."C'est emblématique de la station, mais on voudrait que dans 10 ans le lac Achard existe encore, qu'il y ait encore des arbres, et qu'il y ait encore cet environnement très beau... Là on est train de le voir se détruire à une vitesse beaucoup trop rapide."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess