Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Changement climatiques : bientôt des fruits et des arbres du Sud dans la Loire ?

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un climat plus sec et plus chaud à l'avenir pourrait-il entrainer de nouvelles espèces de fruits cultivées dans le département ou des essences d'arbres méridionales plantées aujourd'hui pour demain ? Réponses d'experts.

Des champs d'oliviers dans la Loire à court terme à cause du réchauffement climatique ?
Des champs d'oliviers dans la Loire à court terme à cause du réchauffement climatique ? © Maxppp - Aurelien Morissard

Le changement climatique est devenu l’une des inquiétudes majeures des Français comme en témoigne le vote écologiste lors du 1er tour des dernières élections municipales. Il a des conséquences concrètes sur l’écosystème et notamment sur le monde agricole : un temps plus sec ce sont des ressources en eau moins importantes, un ensoleillement différent, des dates de récoltes modifiées.

Chez nous, des fruits habituellement cultivés dans le sud de la France ? 

On imagine déjà des oliviers à perte de vue dans la vallée du Gier. Ils s’accommoderaient des températures plus élevées mais l’obstacle principal dans la Loire reste les vagues de températures très basses qu’on ne connait que très rarement dans le sud. Même avec le changement climatique, les hivers restent durs explique Henri Mazenod, producteur de fruits à St-Paul En Jarez : "On peut toujours avoir du grand froid l'hiver. _Si vous prenez les fruits du sud, des citronniers, des oliviers, il ne remonteront pas beaucoup plus au nord à cause de ces périodes très froides qui subsistent"_.

En revanche l’effet du réchauffement climatique est plus sensible sur les dates des récoltes. De plus en plus précoces. "Les pommes, les poires, les pêches ont tous de l'avance. Un peu moins les cerises car elles ont un cycle plus court" détaille Henri Mazenod. "Les pommes et les poires ont 15 ou 20 jours d'avance".

20 jours d’avance par rapport à il y a une trentaine d’années car typiquement ce sont des fruits qui vont se développer pendant l’été, profiter du soleil  et des températures de plus en plus élevées et être récoltés en automne. La dernière conséquence du réchauffement climatique concerne les précipitations. Quand la pluie daigne tomber, l’eau s’évapore plus vite et perturbe le développement des cultures. Conclusion, ce n’est pas demain que de nouvelles espèces de fruits feront leur apparition dans la Loire et la Haute-Loire.

Des arbres du sud plantés pour l'avenir ?

Faut-il aujourd’hui planter des arbres pour demain qui seront plus adaptés au changement de climat ? Des essences qu’on retrouve dans le sud de la France et qu’on pourrait installer chez nous ? Réponse d’Alain Thibaudet, technicien forestier dans la région stéphanoise et dans le Pilat : "Non. Je dirai que ce serait jouer les apprentis sorciers que de trop prendre les devants. On sait qu'on va avoir une évolution climatique surement importante. cela pourrait être très dangereux de trop anticiper les choses. Un arbre a des conditions de station qui lui conviennent parfaitement. Il peut aller se développer soit sur des stations plus froides et plus humides, ou plus chaudes et plus sèches mais on sait qu'il sera en difficulté. Notre rôle sera de maintenir les arbres dans le cœur de station de manière à ce que si on a une évolution, il ne se retrouve pas tout de suite en difficulté. Il faut garder une marge de sécurité. Le but n'est donc pas de planter des arbres dont on suppose qu'ils seront en station, dans leurs meilleures conditions de développement, dans 50 ans. C'est d'accompagner le développement naturel et non pas d'anticiper ou de façonner la foret  telle qu'on la souhaiterait". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess