Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Chaque chose en son temps" : en visite dans la Sarthe, François de Rugy "pas en campagne" pour les régionales

-
Par , France Bleu Maine

L'ex-ministre de l'Ecologie était à La Chapelle-Saint-Aubin, ce lundi après-midi. En visite dans un magasin de producteurs locaux, il assure être là pour "rencontrer les acteurs de terrain" et refuse de se prononcer sur son éventuelle candidature aux régionales, prévues en juin prochain.

François de Rugy en visite au Local des producteurs, magasin de circuits courts près du Mans
François de Rugy en visite au Local des producteurs, magasin de circuits courts près du Mans © Radio France - Lisa Guyenne

C'est une visite en petit comité. Peu de médias présents, peu d'accompagnateurs : avec une demi-heure de retard, François de Rugy arrive en voiture, accompagné de son chauffeur et de sa collaboratrice. Il y a bien une voiture des forces de l'ordre, stationnée sur le trottoir d'en face. Mais rien à voir avec l'effervescence, et le service d'ordre, des visites ministérielles, il y a de cela quelques années. 

"Je ne suis pas en campagne électorale"

Si François de Rugy se rend ici, au Local des producteurs, qui a ouvert ses portes début mars et propose des aliments issus de circuits courts, c'est parce qu'il a "rencontré les patrons au salon de l'agriculture, l'an dernier". Ils lui ont parlé de leur projet en cours et il a souhaité venir voir le résultat. Mais ici en Sarthe, François de Rugy est bien loin de sa circonscription, lui, le député de Loire-Atlantique... Serait-ce le signe d'une campagne en démarrage pour les élections régionales, prévues en juin ? Que nenni : "Je ne suis pas ici en campagne électorale, je suis ici comme responsable politique, député, ancien ministre, qui vient à la rencontre des acteurs économiques, et notamment de l'économie agricole et alimentaire." Sera-t-il candidat ? "Chaque chose en son temps. Tout arrive à qui sait attendre", sourit-il. Nous n'en saurons pas plus. 

François de Rugy en visite au Local des producteurs, magasin de circuits courts près du Mans
François de Rugy en visite au Local des producteurs, magasin de circuits courts près du Mans © Radio France - Lisa Guyenne

"Venir voir avec ceux qui font"

Plutôt que de faire campagne, il préfère en parler, de la campagne : il palpe les salades, s'extasie devant un pâté de canard 100% local, admire les belles pommes produites par la famille des patrons, et s'interroge sur l'origine des produits : "Je pensais que la mâche viendrait quand même de la région nantaise... - Elle vient bien de la région nantaise !", lui répond Arthur Gauthier, le directeur du magasin. L'ancien ministre se présente comme un "visiteur" ici, venu pour mesurer la réalité avec les professionnels de terrain, dit-il, combattre les idées reçues. "Quand j'étais ministre, j'ai entamé un certain nombre d'actions. En tant que député, on peut et on a le devoir de regarder la mise en oeuvre de ce qu'on a initié. C'est important de venir voir, avec ceux qui font. Il y a toujours beaucoup de gens pour protester, dénoncer, s'opposer, de façon systématique. Mais les gens qui font, on les entend moins. Et je pense que c'est important d'entendre ceux qui font."

François de Rugy en visite au Local des producteurs, magasin de circuits courts près du Mans
François de Rugy en visite au Local des producteurs, magasin de circuits courts près du Mans © Radio France - Lisa Guyenne

"S'adapter, ce n'est pas avec des slogans et des manifestations"

François de Rugy s'affiche en repenti de "l'affaire des homards", qui lui avait coûté son poste de ministre à l'été 2019 : "On peut tous faire des erreurs, moi j'ai fait des erreurs, je l'ai reconnu. J'ai pris du recul pour cela. Mais je poursuis mon action en tant que député, à l'Assemblée nationale." Il le martèle : il veut aller de l'avant et être en phase avec "la réalité". La réalité, c'est aussi cela : dimanche, des milliers de Français - dont 300 Sarthois - sont descendus dans la rue pour réclamer une "vraie loi climat". Ils s'estiment floués par les résultats de la Convention citoyenne, qu'ils jugent tronquée. Réponse de l'ancien ministre, en poste au moment de l'élaboration de cette Convention : "Nous faisons beaucoup de choses avec le président de la République, avec son gouvernement, avec la majorité à l'Assemblée, pour le climat. Ce sont des choses qui ne se font pas en un jour."

"Il faut continuer à garantir l'approvisionnement en électricité de la France, avoir d'autres modes de production en relais, développer les énergies renouvelables, garantir la sécurité du parc nucléaire. Tout ça, ça contribue au climat. Nous le faisons. Je comprends qu'il puisse y avoir des impatiences, mais il ne faut pas tomber dans le panneau des slogans. S'adapter, ce n'est pas avec des slogans, ce n'est pas avec des manifestations. C'est avec de la recherche scientifique, du travail en laboratoire, des nouvelles technologies, et c'est ensuite avec un débouché économique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess