Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chenilles urticantes : de retour en masse dans les forêts de chênes autour de Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les démangeaisons dues aux chenilles processionnaires du chêne sont de retour en masse. Cette année encore, autour de Nancy, dans certaines communes à proximité de forêts de chênes, c’est une invasion des poils urticants qui rentrent dans les maisons mais certains traitements semblent efficaces.

Les chenilles urticantes provoquent des démangeaisons sur tout le corps.
Les chenilles urticantes provoquent des démangeaisons sur tout le corps. © Radio France - Thierry colin

Un traitement très efficace« Des grosses réactions cette année et ça n’arrête pas », la pharmacienne de Richardménil, Isabelle Bazard, fait un constat sans appel, les chenilles urticantes ont fait leur retour avec des patients en nombre dans son officine : « un afflux très massif avec une affluence qui a augmenté par rapport à l’année dernière. Dans la grande majorité des cas, c’est la chenille, mais il y a aussi d’autres insectes qui peuvent engendrer ce genre de réactions ».

Démangeaisons, boutons ou plaques sur tout le corps, les habitants à proximité des bois de chênes confirment que le phénomène, constaté depuis plusieurs années, est toujours présent.

Nichoirs à mésanges et bactérie

Au sud de Nancy, certains riverains à proximité des chênes sont obligés de fermer leurs fenêtres par moment pour éviter l’invasion des poils volatiles et urticants malgré les traitements au savoir noir des arbres dans la commune. Une invasion de chenilles urticantes due au réchauffement climatique et aux sécheresses successives mal vécues par les arbres qui ont été affaiblis avec les forêts de Champenoux et Réméréville parmi les plus touchées selon les spécialistes de la forêt.

A Pulnoy, la commune a investi plus de 10 000 euros dans des nichoirs à mésanges mais aussi dans un traitement des chenilles sans insecticide : il s’agit d’un produit pulvérisé depuis le sol depuis un 4x4 vers la cime des arbres, le bacillus thuringiensis, une bactérie qui infecte le système digestif des chenilles et la tue sans causer de tort à ses prédateurs.

Un traitement très efficace

Pour le conseiller municipal de Pulnoy, en charge des forêts, Léon Wehrlen, la pulvérisation sur 35 hectares de forêts communales, il y a trois semaines, semble « très efficace ». Mais c’est un traitement sélectif à réaliser au bon moment et il faut répéter l’opération sur plusieurs années. La commune a suivi les recommandations de l’Inrae d’Avignon et va poursuivre le traitement sur trois ans. 

Ecoutez le reportage.

Ecoutez Léon Wehrlen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess