Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : place Delille, on cuit

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Une étude menée par le laboratoire du Cerema de Clermont montre qu'en période de canicule, il fait jusqu'à 3°C plus chaud place Delille qu'aux alentours. Et ces températures peinent à redescendre la nuit.

Les arbres et la fontaine ne parviennent pas à rafraîchir complètement la place Delille.
Les arbres et la fontaine ne parviennent pas à rafraîchir complètement la place Delille. - Capture d'écran Google Street View

La place Delille est un îlot de chaleur urbain, c'est-à-dire un lieu où les températures sont plus élevées qu'en périphérie en période de canicule et qui peine à se rafraîchir de nuit. Les jeunes qui viennent y flâner ou jouer au foot ne s'en rendent pas forcément compte. Mais les personnes plus âgées, donc plus fragiles, y sont plus sensibles. Nathalie, la soixantaine, attend, comme chaque jour, son bus place Delille. Elle le remarque, il y fait plus chaud qu'ailleurs : "Surtout avec la canicule ! Moi j'essaie d'aller dans un autre endroit, parce que là, ça réverbère, il fait vraiment chaud. Les bancs sont tellement chauds qu'on ne peut plus s'asseoir les jours de canicule !"

Des écarts de températures de 2 à 8°

Alors Nathalie préfère faire son trajet quotidien jusqu'au Salins à pieds. Une chaleur qui oblige riverains et passants à changer leurs habitudes : c'est une des caractéristiques des îlots de chaleur urbains. Pour Roland Cotte, directeur du Cerema, le laboratoire qui a mené l'étude, la place Delille présente bien les caractéristiques de ce phénomène. "Pendant la canicule de l'été 2019, nous avons observé des températures pouvant être de 2°C à 3°C plus chaudes qu'à l'extérieur de la ville. A titre de comparaison pendant la canicule de 2003, on a pu mesurer une différence de température allant jusqu'à 8°C entre Montferrand et Aulnat."

Pourtant, des arbres entourent la place et la fontaine procure un peu de fraîcheur... Pas assez pour compenser l'apport de chaleur des matériaux minéraux du mobilier urbain, qui captent la chaleur la journée, la conservent, et la rediffusent la nuit. Les activités humaines ne sont bien-sûr pas étrangères au phénomène. Le passage des bus et les climatisations sont aussi sources de chaleur autour de la place. 

Plusieurs îlots de chaleur à Clermont

L'étude a été menée place Delille car la métropole Clermont Auvergne prévoit de la réaménager. Le Cerema en a profité pour mesurer les températures d'autres lieux. La place de Jaude et le parvis de la gare, qui disposent de peu de zones d'ombre et qui présentent des différences de températures en période de canicule supérieures à celle de la place Delille, peuvent aussi être qualifiés d'îlots de chaleur urbains. De manière générale, l'étude menée par le Cerema montre qu'il peut faire jusqu'à 5°C de plus dans le centre urbain de Clermont-Ferrand qu'aux alentours de la ville.

Pour Roland Cotte, ces enjeux de chaleurs urbaines sont "majeurs à prendre en compte" dans les nouveaux aménagements. "Au regard des projections climatiques du GIEC, ces phénomènes ne vont que s'amplifier à l'avenir.", alerte le directeur du laboratoire. Penser à davantage de verdure et de points d'eau est une solution, mais pour le chercheur, il sera aussi essentiel d'apprendre à vivre avec ces nouvelles chaleurs et à s'en protéger, en changeant par exemple nos horaires de sortie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess