Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Climat : les cinq dernières années devraient être les plus chaudes jamais enregistrées selon l'ONU

-
Par , France Bleu

Alors qu'un sommet sur le climat s'ouvre à New York ce lundi, réunissant une soixantaine de dirigeants mondiaux, dont Emmanuel Macron, l'ONU estime ce dimanche que les années 2015 à 2019 devraient être les plus chaudes jamais enregistrées.

En juillet dernier, la canicule avait provoqué des records de chaleur dans différentes villes de France (ici à Paris).
En juillet dernier, la canicule avait provoqué des records de chaleur dans différentes villes de France (ici à Paris). © AFP - Bertrand Guay

France

La courbe ne baisse pas. Dans un rapport publié ce dimanche par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'augmentation entre les années 1850-1900 et 2015-2019 est estimé à 1,1°C.  Les quatre années précédentes étaient déjà les plus chaudes jamais enregistrées (depuis 1850). Le mois de juillet 2019, marqué par plusieurs canicules notamment en Europe, a battu le record absolu de température. 

Les principaux gaz à effet de serre persistants (dioxyde de carbone, méthane et protoxyde d'azote) sont en concentration record dans l'atmosphère, à un niveau jamais atteint depuis 3 à 5 milliards d'années. Un nouveau pic de CO2 est attendu à la fin de l'année.  

Les efforts doivent être multipliés par cinq

Toujours selon ce rapport, les efforts anti-carbone des pays doivent être multipliés par cinq pour contenir le réchauffement à +1,5°C, comme le prévoit l'accord de Paris de 2015. Des efforts multipliés par trois cantonneraient le réchauffement à 2 degrés supplémentaires, la limite maximale prévue par le texte.  

En réalité, le réchauffement réel pourrait être encore plus grand, selon des modélisations climatiques plus récentes, comme celle d'une équipe française qui prévoit +7°C dans un scénario du pire. "Le fossé n'a jamais été aussi grand" entre ce que le monde veut accomplir et la réalité des plans climatiques des pays, prévient le rapport.   

Le texte souligne également que la montée du niveau des océans s'accélère. Dans la dernière décennie, le rythme est passé à 4 millimètres par an, au lieu de 3 par an, à cause de la fonte accélérée des calottes glaciaires aux pôles Nord et Sud, confirmée par de multiples études et observations satellitaires.

Choix de la station

France Bleu