Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : 5 tonnes de lingettes désinfectantes se retrouvent dans les canalisations du Grand Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La métropole du Grand Nancy le constate : depuis le début de l'épidémie de covid-19, les lingettes désinfectantes s'accumulent dans les canalisations d'eau. Elles doivent être jetées à la poubelle et non dans les toilettes.

Les lingettes désinfectantes sont bien plus utilisées actuellement que d'ordinaire mais finissent trop souvent dans les toilettes
Les lingettes désinfectantes sont bien plus utilisées actuellement que d'ordinaire mais finissent trop souvent dans les toilettes © Radio France - Isabelle Baudriller

C'est une conséquence de l'épidémie de coronavirus : des canalisations d'eau bouchées par les lingettes désinfectantes. Ces lingettes, bien plus utilisées actuellement que d'ordinaire, prennent souvent la direction des toilettes et non de la poubelle. Résultat dans la métropole du Grand Nancy qui gère le réseau de distribution et d'assainissement de l'eau : déjà 5 tonnes de lingettes collectées dans les canalisations depuis janvier. Contre 4 tonnes en moyenne annuelle ! 

"On s'inquiète des mauvaises habitudes d'un certain nombre de personnes qui au lieu de jeter les lingettes dans la poubelle les mettent dans les toilettes. Elles se pénalisent d'abord elles-mêmes puisqu'elles obstruent leurs canalisations, surtout dans cette période où il est difficile de faire appel à des sociétés pour déboucher", souligne Bertrand Kling, maire de Malzéville et vice-président de la métropole délégué à l'assainissement. 

Quand les lingettes arrivent dans le réseau, ça perturbe le fonctionnement du système d'assainissement, surtout au niveau de la station d'épuration de Maxéville

Les lingettes, même biodégradables, doivent être jetées à la poubelle

Cette situation génère un surcroît de travail pour les agents de la métropole. Ils sont 170 habituellement à s'occuper sur le terrain du réseau de distribution et d'assainissement de l'eau dans le Grand Nancy. Pour assurer la continuité de service, ils ne sont plus qu'une trentaine actuellement. "Il faut ramasser ces tonnes supplémentaires de lingettes, de déchets qui ne peuvent pas partir dans le réseau. Donc aujourd'hui, dans cette période difficile où ils sont moins nombreux, les agents sont concentrés sur des missions sur lesquelles ils ne devraient pas être", insiste Bertrand Kling.

La recommandation ? Toutes les lingettes doivent être jetées à la poubelle pour ensuite être incinérées, même les biodégradables. "Le système d'assainissement ne peut pas biodégrader ces déchets, il faudrait plusieurs semaines, voire plusieurs mois", explique encore l'élu. Précision d'importance : les interventions supplémentaires des agents liées à ces volumes de lingettes ne seront pas refacturées aux Grands Nancéiens, promet Bertrand Kling. Dans le sud de l'Alsace, il en va autrement

Choix de la station

À venir dansDanssecondess