Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Confinement et animaux : "Le renard est vachement content !" (France Nature Environnement 42)

Par

Moins de voitures, moins de monde dans les rues, moins de promeneurs à la campagne, la chasse et la pèche interdites. Après une semaine de confinement, quels effets de la baisse de l’activité de l’homme sur la vie des animaux ?

La chasse au renard devait ouvrir dans quelques jours. La chasse au renard devait ouvrir dans quelques jours.
La chasse au renard devait ouvrir dans quelques jours. © Maxppp - Christian Watier

Vous avez peut-être vu ces images de dauphins osant de nouveau s’aventurer dans des ports italiens profitant que les hommes n’y sont plus.

Publicité
Logo France Bleu

Et dans la Loire, quelles pourraient-être les conséquences sur les animaux ? Elles seront naturellement positives pour les poissons de nos cours d’eaux, explique Raymond Faure, le président de France Nature Environnement dans la Loire : "la pêche interdite n'aura pas un effet très spectaculaire, même si une truite non pêchée c'est une truite de plus dans un cours d'eau. Ce qui va en revanche être significatif c'est que la baisse de l'activité humaine va entraîner une réduction de la pollution de l'eau, qui est une catastrophe pour la faune aquatique. On s'en aperçoit déjà avec des cours d'eau troubles qui sont devenus clairs."

Le renard va pouvoir refaire ses effectifs

Dans nos bois et nos forêts, certains animaux vont pleinement profiter de l’absence de chasseurs et de promeneurs pour vivre sereinement ! C'est le cas du renard estime Raymond Faure : "Il n'y a qu'en France qu'on tue des renards. C'est un animal très utile pour l'agriculture car il se nourrit à 90% de mulots qui détruisent les cultures et les jardins. Il allait y avoir dans les jours qui viennent des battues pour tuer le renard. je peux vous dire que le renard va vachement être content. Le virus il serait prêt à en acheter pour en mettre un peu partout. Lui qui était menacé de disparition, il va pouvoir refaire ses effectifs".

"Il n'y a plus que les oiseaux qui font du bruit !"

Par ailleurs dans les zones urbaines, certaines espèces vont profiter très rapidement de l’activité réduite des hommes. Exemple : les hérissons, qui ont pratiquement disparus. Ils vont voir d’un bon œil l’absence de voitures sur les routes. Ils pourront ainsi avoir une période de reproduction très tranquille et donc renforcer leur population. Les oiseaux aussi vont plus que jamais continuer de se développer dans nos villes, un processus enclenché il y a déjà 3 ou 4 ans pour Raymond Faure. "On va voir dans les villes certaines espèces se réfugier et y être à leur aise dans les parcs et les jardins. Ce sont surtout les corvidés, la famille des corbeaux : le corbeau freux, la corneille noire et le choucas des tours__. Ils viennent nicher dans nos villes". Un lieu de vie d’autant plus accessible ces derniers jours avec le confinement et qui devrait accentuer cette migration. Alors nos villes ne sont pas encore l’eldorado des oiseaux mais sans nous, clairement ils s’y sentent bien. La preuve, dans les parcs et les jardins, "on entend beaucoup mieux chanter les oiseaux, il n'y a plus qu'eux qui font du bruit".

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu