Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Convention citoyenne pour le climat : "Enivrant mais très fatigant"

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Les 150 participants de la convention citoyenne pour le climat, réunis depuis vendredi au Palais d’Iena à Paris, remettent ce dimanche les résultats de leurs travaux à l'exécutif. Parmi la poignée de Girondins qui ont participé à ces réflexions, Françoise Porte, Bordelaise à la retraite.

Edouard Philippe avait ouvert cette convention le 4 octobre 2019.
Edouard Philippe avait ouvert cette convention le 4 octobre 2019. © AFP - Ian Langsdon

Elle a repris le train tôt ce vendredi. Direction Paris et le Palais d’Iena, cadre des réunions de la convention citoyenne pour le climat. Expérience de démocratie inédite lancée par Emmanuel Macron au sortir de la crise des gilets jaunes.

Contactée au téléphone par une société de sondage, Françoise Porte s’est déclarée candidate. « Le climat et la nature me concernent, tout comme le devenir de mes enfants, de mes petits enfants et de la population en général. »

Il y avait plein de jeunes qui fournissaient des idées, qui travaillaient sur le net avec une vitesse extraordinaire. J’étais un petit peu à la traîne mais c’était extrêmement stimulant, ça faisait marcher ma tête à vitesse grand V.

La Girondine est retenue, signe un document et monte donc dans la capitale à l’automne pour le premier weekend de la convention. Elle fait la connaissance des autres participants, se voit inscrite dans le groupe « Produire et travailler » et découvre ces ateliers réunissant environ 30 personnes ainsi que le bilan quotidien résumant les idées qui en étaient sorties.

« Ces échanges étaient très riches. Mais moi j’ai 73 ans et ça allait très vite J’avais du mal à embrayer, à suivre.  Il y avait plein de jeunes qui fournissaient des idées, qui travaillaient sur le net avec une vitesse extraordinaire. J’étais un petit peu à la traîne mais c’était extrêmement stimulant, ça faisait marcher ma tête à vitesse grand V. A la fois enivrant mais très fatigant. »

Ça a confirmé des choses que je pensais mais ce que je n’avais pas saisi, c’est que ça devenait crucial de le faire très rapidement.

Déjà portée sur les questions de l’environnement, Françoise Porte explique que ces réflexions n’ont pas fondamentalement changé ses habitudes du quotidien même si elle a appris, par exemple, que la viande qu’elle aime tant générait beaucoup d’émissions néfastes. « Ça a confirmé des choses que je pensais, explique-t-elle, mais ce que je n’avais pas saisi c’est que ça devenait crucial de le faire très rapidement. »

« Nos questions sont prêtes, nous allons les voter» annonce-t-elle avant ce dernier weekend de travail. Fière d’avoir pu apporter sa petite pierre à l’édifice et très attentive à ce qui découlera concrètement de toutes ces heures passées à plancher sur le monde de demain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu