Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Orne : un couple de retraités harcelé par des corbeaux

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Rémi et Marguerite Belliard habitent à Saint-Sulpice-sur-Risle depuis près de 33 ans à la lisière du bois des Sapinettes et de la commune de l'Aigle. Depuis 15 ans, le couple de retraité subit le voisinage bruyant et parfois agressif de centaines de corbeaux qui ont élu domicile dans les bois.

La maison de Marguerite et Rémi Belliard est séparée par un chemin du bois des Sapinettes et de ses corbeaux
La maison de Marguerite et Rémi Belliard est séparée par un chemin du bois des Sapinettes et de ses corbeaux © Radio France - Olivier Duc

Cela fait près de quinze ans maintenant que Rémi et Marguerite Belliard ont appris à cohabiter avec leurs voisins très bruyants du bois des Sapinettes.

"Ils nichent là et plus ça va plus les nids progressent, explique Rémi en montrant le bois voisin séparé de leur maison par un chemin. Tout est très feuillu, on ne voit pas très bien, poursuit son épouse mais il y a des centaines de nids là-dedans. Et quand les petits naissent, les nuisances sonores sont terribles. Du matin au soir, cela croasse. Cela n'arrête pas de la journée. On ne peut pas dormir les fenêtres ouvertes. Nous sommes actuellement un peu plus tranquille parce que les petits sont partis de leurs nids."

Quand les petits naissent, les nuisances sonores sont terribles. Du matin au soir, cela croasse. Cela n'arrête pas de la journée

Ces problèmes de voisinage semblent être monté d'un cran cette année. Rémi et de Marguerite Belliard hésitent désormais à partir en week-end. Au retour de leur dernière sortie dominicale, ce couple de retraité de 75 et 82 ans a retrouvé les fenêtres de leur maison souillées par les coups de bec des corbeaux.

Une fenêtre de la maison des Belliard
Une fenêtre de la maison des Belliard - Rémi Belliard

" On est parti 48h. Voilà ce que l'on a trouvé en rentrant, expose Marguerite en faisant défiler les clichés qu'ils ont pris. Tout était saccagé : les carreaux piqués par les corbeaux, les joints abîmés et regardez l'épaisseur des fientes sur les rebords de la fenêtre. Vous savez, les coups de bec des corbeaux, c'est terrible. Cela fait des années que cela dure, poursuit Rémi. On se plaint, on se plaint, on se plaint et c'est toujours le même résultat."

S'ils habitent Saint-Sulpice-sur-Risles, les corbeaux, eux, résident sur la commune de l'Aigle. Le couple de retraité ne sait plus vers qui se tourner pour trouver une solution durable et éloigner les fauteurs de troubles à plume.

Quand vous organisez une battue, les animaux s'envolent vite et attendent que la battue soit terminée pour revenir.

La commune de l'Aigle a pourtant mené une opération pour faire fuir ces oiseaux envahissants et restreindre leur nombre sans obtenir le succès attendu.

"C'est une battue pour diminuer le nombre de corbeaux, explique le maire de l'Aigle Philippe Van-Hoorne mais vous savez 200 corbeaux ont été tués cette année lors de la battue du mois de mai. Et quand vous organisez une battue, les animaux s'envolent vite et attendent que la battue soit terminée pour revenir.

On fait en sorte aussi que les arbres soient taillés afin qu'il n'y ait pas une augmentation du nombre de nids tous les ans."

Rémi et Marguerite Belliard soufflent l'idée de stériliser les œufs comme pour les goélands dans certaines communes de bord de mer ou de les effaroucher au moyen d'un drone.

" Vous savez, quand on effarouche les animaux, ils s'en vont et ensuite reviennent, déplore Philippe Van-Hoorne. Je ne veux pas comparer mais un des problèmes aussi que nous avons sur la ville, ce sont des pigeons. Il y a des sociétés pour attraper les pigeons mais quand on les emmène beaucoup plus loin ils reviennent toujours à leur lieu de naissance.

On essaye de gérer au mieux les corbeaux et les pigeons mais c'est compliqué et nous n'avons pas encore trouvé de solution miracle."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess