Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : entre 60 et 100% de pertes pour les viticulteurs du Toulois

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Eux aussi, ils attendent la réouverture des bars et restaurants avec impatience : les viticulteurs de l'AOC Côtes de Toul. Les 22 producteurs ont énormément souffert du confinement, avec un impact sur l'ensemble des canaux de commercialisation. Les pertes varient entre 60 à 100% selon les domaines.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Alexandre MARCHI

Pour l'instant, les vendanges s'annoncent fructueuses sur les coteaux du Toulois. Et pourtant, les 22 vignerons de l'AOC Côtes de Toul tirent la langue, également touchés de plein fouet par la crise du coronavirus et le confinement. 

Des pertes concentrées sur une période cruciale pour les vignerons

Les pertes vont de 60 à 100% selon les domaines. "Sachant que c'est une période de trois-quatre mois où on fait normalement 50% de chiffre d'affaires annuel", ajoute le producteur Stéphane Vosgien, président de l'organisme de défense et de gestion de l'AOC. 

Un coup d'autant plus rude que tous les canaux de commercialisation ont été touchés. "Que ce soit la vente à la cave, la vente en restaurant ou chez les cavistes, l'exportation... et c'est vrai que ce n'était pas forcément le produit prioritaire", poursuit Stéphane Vosgien.

Pour le vin, la vente directe n'a pas été déterminante - Stéphane Vosgien

David Lelièvre, qui gère vingt hectares de vignes à Lucey, a perdu un quart de sa commercialisation. Pourtant le viticulteur veut rester optimiste. "On fait un produit qui tient dans le temps. Les gris de Toul ne sont pas des rosés qui seront passés après l'été. Donc les vins qui n'ont pas été vendus pendant ces deux mois, on arrivera à les vendre dans le futur. Mais c'est un problème de trésorerie à assumer".

Organiser les vendanges 

Surtout que les vendanges approchent... Et c'est une opération coûteuse pour les vignerons. Hors taxe il faut compter entre 1500 et 2000 euros l'hectare... Auxquels s'ajouteront sans doute des frais supplémentaires, en raison du protocole sanitaire. "On vient d'entamer la réflexion sur les mesures à prendre, détaille David Lelièvre. On a cents jours devant nous avant les vendanges. Et effectivement, il va falloir qu'on mette des choses en place au niveau de la distanciation. Mais aujourd'hui je ne peux pas encore vous dire si on aura moins de monde."

La production annuelle de l'AOC Côtes de Toul est d'environ 600.000 bouteilles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu