Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus et confinement : la pollution de l'air en chute libre dans la région PACA

Depuis la mise en place du confinement le 17 mars, le trafic routier a considérablement diminué dans la région. Par conséquent, la pollution de l'air elle aussi est amoindrie, notamment la concentration en oxydes d'azote. En revanche, les particules fines persistent à cause d'autres habitudes.

La Promenade des Anglais, à Nice, a vu sa pollution diminuer de 70% depuis le début du confinement.
La Promenade des Anglais, à Nice, a vu sa pollution diminuer de 70% depuis le début du confinement. © Maxppp - Sébastien Botella

En plus de 40 ans de mesures, c'est inédit. Pour le mois de mars, l'observatoire de la qualité de l'air Atmo Sud a mesuré des chutes drastiques de la pollution due au trafic routier. Une baisse record grâce au confinement, et alors que des millions de personnes ont arrêté de prendre leur voiture, notamment pour aller travailler. 

C'est sur les axes routiers que cette baisse est la plus marquante. À Nice par exemple, la concentration en oxydes d'azote a baissé de 70% sur la Promenade des Anglais, l'une des avenues les plus fréquentées de la ville en temps normal. Les mesures enregistrées près de l'aéroport montrent aussi une baisse drastique due à la réduction du trafic aérien.

À Marseille aussi, cette concentration en oxydes d'azote a diminué jusqu'à 80% au niveau de l'axe routier L2. La pollution a également diminué de moitié dans le Vaucluse, principalement à Avignon.

Une concentration des particules fines en hausse

Mais dans ce contexte, tout n'est pas si rose. L'observatoire Atmo Sud a également mesuré une hausse sensible de la concentration en particules fines pour le mois de mars sur toute la région. Des particules qui ne sont cette fois-ci pas émises par la pollution automobile, mais principalement par les habitudes quotidiennes de personnes en confinement.

Avec en ligne de mire le chauffage au bois. C'est lui qui est la source principale d'émission de particules fines dans l'air. La combustion de déchets végétaux a aussi sa part de responsabilité, surtout que c'est strictement interdit. 

Pour ralentir cette pollution désormais visible, le directeur d'Atmo Sud Dominique Robin recommande aux habitants de la région d'utiliser du bois de qualité, très sec, pour le chauffage, et de privilégier le compost aux déchets végétaux brûlés dans le jardin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu