Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corrèze : la justice donne un coup d'arrêt à l'usine à pellets de Bugeat

-
Par , France Bleu Limousin

Le tribunal administratif de Limoges a annulé, ce jeudi, l'arrêté préfectoral autorisant la construction d'une usine de production de pellets torréfiés à Bugeat, en Corrèze. Plusieurs associations dénonçaient l'impact environnemental de cette production à l'orée du plateau de Millevaches.

Hangars et stock de souches de bois près de la gare bois de Viam/Bugeat en Corrèze en mars 2018.
Hangars et stock de souches de bois près de la gare bois de Viam/Bugeat en Corrèze en mars 2018. © Radio France - Nicolas Blanzat

Le tribunal administratif de Limoges a donné un coup d'arrêt, ce jeudi, au projet d'usine de production de pellets torréfiés porté par la société Somival à Bugeat, en Corrèze, en annulant l'arrêté préfectoral d'avril 2018 autorisant l'implantation de cette usine.

Depuis le lancement de ce projet, en 2017, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer l'impact de cette activité sur l'environnement, en mettant notamment à nu les parcelles forestières par l'enlèvement des souches et résidus de bois après les coupes rases dans les forêts locales.

Un projet décidé et autorisé sur un coin de bureau

A l'origine du recours, Antoine Gatet, qui représente les associations "Sources et Rivières du Limousin, "Corrèze Environnement " et "Non à la montagne pellets" salue une victoire de la démocratie environnementale : "cette décision [d'implanter cette usine]  avait été prise sur un coin de bureau par quelques élus locaux, par le préfet et par un industriel sans aucune participation ou consultation des associations ni de la population. Depuis le début, nous avons joué le jeu pour discuter mais on a jamais eu de réponse à nos questions ou à nos remarques"

Les défenseurs de l'environnement se réjouissent donc de l'annulation prononcé ce jeudi par la justice administrative. Mais ce projet était déjà très compromis par la mise en liquidation  judiciaire de l'entreprise Somival fin 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess