Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans la campagne du Quercy, un immense projet photovoltaïque crée la polémique

-
Par , France Bleu Occitanie
Montcuq

Ce projet lancé il y a deux ans prévoit l'implantation de plus de 100.000 panneaux solaires sur des champs de céréales. Une association s'indigne que des terres agricoles soient utilisées. Le promoteur se défend, en indiquant que ces terres étaient vouées à l'abandon.

Un parc photovoltaïque (illustration)
Un parc photovoltaïque (illustration) © Maxppp - Philippe Clément

Polémique dans le Lot autour d'un projet de parc de panneaux solaires, à Montcuq. Trois permis de construire ont été déposés pour trois zones de la commune. Le projet est de grande taille : 66 hectares, et 110.000 panneaux solaires en tout.

Pour l'association qui s'oppose, ce n'est pas l'énergie solaire le problème, mais l'endroit où doivent être posés les panneaux : des terres agricoles, aujourd'hui des champs de céréales avec tournesol, blé ou colza. "Ce n'est pas un territoire où on doit mettre des installations de telle taille !" s'insurge Tim Abady, le vice-président de l'association "Environnement juste".

Il existe en France des milliers d'hectares (...), sans toucher nos terres agricoles

Pour les opposants, il y a des friches industrielles dans toute la France, des zones délaissées, donc pas besoin de venir s'implanter dans les champs du Quercy. Pour Tim Abady, "il existe en France des milliers d'hectares de sites qui ont déjà été identifiés par l'ADEME dans une étude publiée en 2019, comme propices à la production d'énergie photovoltaïque. Sur les toits, les zones délaissées, les parkings, les supermarchés, etc. Sans toucher nos terres agricoles et nos espaces naturels."

Tim Abady, vice-président de l'association "Environnement juste"

Tim Abady explique aussi pourquoi l'association tient tant au maintien d'une activité agricole : "nous avons tous vécu le problème du Covid-19. Et on a été très très contents des producteurs locaux pendant cette période [de confinement]. Parce qu'ils ont pu nous nourrir localement. Ca, pour nous, c'est plutôt l'avenir de l'agriculture dans le coin".

Des terres non-rentables, bientôt délaissés par l'agriculteur ?

En face, la société Photosol qui porte le projet se défend. Les terres ne seraient pas rentables pour l'agriculteur, qui envisagerait dans tous les cas de s'en séparer. C'est même une question de survie selon Alexis de Deken, chef de projet chez Photosol : "Si ce projet ne se fait pas, l'exploitation agricole risque de disparaître dans un à deux ans. C'est même la condition sine qua none pour commencer le projet. Si on savait qu'on était sur des terres agricoles productives, on refuserait le projet."

Il insiste aussi sur le fait que 19 bureaux d'études ont travaillé sur le projet, "ce qui est énorme" selon lui, pour l'intégrer au mieux dans le paysage.

Si on savait qu'on était sur des terres agricoles productives, on refuserait le projet

Ce projet éveille l'inquiétude dans le Lot

Et puis l'agriculture serait toujours là, mais autrement, avec des moutons qui pourront brouter sous les panneaux solaires, installés à un mètre de haut. Le projet est d'ailleurs soutenu par la chambre d'agriculture du Lot. Le conseil municipal de Montcuq doit débattre du projet mardi soir.

En attendant, une réunion publique est prévue ce samedi soir à Bouloc, la commune voisine, à la salle des fêtes à 17h. Quant à la mairie de Sainte-Juliette, autre voisine de Montcuq, elle a donné un avis défavorable au projet, même s'il n'a pas lieu sur son territoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess