Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans la Vienne, la sécheresse impacte également la réserve naturelle du Pinail

-
Par , France Bleu Poitou

A la réserve du Pinail, dans le Nord-Vienne, on mesure chaque été l'impact de la sécheresse sur la faune et la flore aquatique. Le site abrite en effet plus de 6.000 mares. Chaque espèce est menacée par le réchauffement climatique et le manque d'eau.

Dans cette mare de la réserve du Pinail, la végétation amphibie gagne du terrain sur la végétation aquatique
Dans cette mare de la réserve du Pinail, la végétation amphibie gagne du terrain sur la végétation aquatique © Radio France - Isabelle Rivière

Il n'y a pas que la végétation qui souffre de la sécheresse dans le Poitou. La faune aussi subit de plein fouet les affres du manque d'eau. A Vouneuil-sur-Vienne, les agents de la réserve naturelle du Pinail ont pu le constater cette année encore : la sécheresse agit sur les écosystèmes. Sur les 142 hectares du site, on recense plus de 6.000 mares. Ces mares abritent un biotope particulièrement riche : de la faune et de la végétation aquatique ou amphibie. Encore faut-il de l'eau dans ces mares ! Or avec les fortes chaleur, une bonne partie d'entre elles sont en assecs. 

Quatre mois d'assecs pour une tourbière

Sur une tourbière, nous avons constaté un phénomène particulièrement inquiétant, explique Kevin Lelarge, conservateur de la réserve. Il s'appuie sur les relevés piézométriques, ces appareils qui permettent de suivre l'évolution du niveau de l'eau. 

"En trois ans, on est passé d'une tourbière en eau tout le temps à un assec sur quatre mois."

Sur les 6.021 mares de la réserve, on peut clairement mesurer l'avancée de la sécheresse en observant la flore. Avec le niveau des eaux qui baisse, la végétation amphibie, sorte d'herbe qu'on trouve généralement sur les bords, gagne du terrain. Elle colonise davantage le milieu des mares prenant ainsi la place de la végétation aquatique, nénuphars et potamots baignant dans moins d'eau. 

La sécheresse impacte aussi la faune aquatique

A la réserve du Pinail, la sécheresse touche également la faune. Le site abrite 2.500 espèces, végétales et animales. Et certaines ont déjà commencé à migrer à cause du manque d'eau. C'est le cas du triton crêté, souligne Kevin Lelarge. Avec la sécheresse et les fortes chaleurs, il y a moins d'eau dans les mares. Quand il y en a elle est plus chaude et plus acide. Pour certaines espèces, cela devient invivable. "Heureusement, cette espèce endémique du Poitou-Charentes a trouvé refuge dans des mares plus profondes du milieu de la réserve", ponctue le conservateur du Pinail. 

Des vidéos pédagogiques pour vous guider

Pour comprendre les mécanismes du réchauffement climatique et l'impact de la sécheresse sur la flore et la faune locale, la réserve  naturelle du Pinail a mis en ligne des vidéos pédagogiques. Les mêmes que vous pouvez visionner lorsque vous visitez le site sans guide en flashant les QR codes présents sur les panneaux indicatifs grâce à votre portable. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess