Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

CARTE - Dans les Landes 13 sites industriels sont classés Seveso

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gascogne

Après l'incendie de Lubrizol, un numéro vert pour réponde aux questions, une mission d'information parlementaireouverte pour tenter d'éclaircir ce qui s'est passé. Des contrôles de sécurité supplémentaires sont aussi demandés aux usines classées Seveso. Qu'en est-il dans les Landes ? Décryptage.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Philippe Turpin

Département Landes, France

Après l'incendie de Lubrizol à Rouen, il y a toujours beaucoup de questions sur ce qui s'est passé et les conséquences. L'Assemblée Nationale a décidé ce mercredi d'ouvrir une mission d'information parlementaire. De son côté, le gouvernement a mis en place un numéro vert pour réponde à toutes les questions( 0800 009 785). Il va également demander des contrôles supplémentaires aux usines classées Seveso. L'occasion de s'interroger sur la situation dans les Landes. 

Combien y a t-il d'usines Seveso dans les Landes ? 

D'après la DREAL, la Direction Régionale de l'Environnement qui dépend du ministère de l'Ecologie, 13 sites sont classés Seveso dans les Landes. Cette directive européenne a été mise en place en 1982, après un accident technologique dans la commune italienne de Seveso. Cette directive a été revue au fil des années. Nous en sommes à la troisième version, Seveso 3 est entrée en vigueur en 2015. Elle classe les sites selon un seuil bas et un seuil haut, en fonction des quantités et des produits présents dans les usines. 

Dans les Landes, 11 établissements sont classés seuil haut. Ceux stockant des liquides inflammables, du gaz souterrain ou encore des sites de chimie fine ou lourde, le plus important étant le groupe DRT avec quatre sites classés Seveso seuil haut. 

Deux usines sont classées sont classées Seveso seuil bas, la papeterie de Tartas et Air liquide à Tarnos. A noter que deux projets sont en discussion. Un site Seveso seuil bas, à Escources dans le domaine de la pyrotechnie et un site Seveso seuil haut à Ychoux dans le domaine du lavage de citernes. 

La liste des établissements Seveso dans les Landes

  1. Société Pétrolière de Dépôt à Mont-de-Marsan. Stockage de liquides inflamables (seuil haut)
  2. Vermilion à Parentis-en-Born. Stockage de liquides inflamables (seuil haut)
  3. DRT (ex-Granel) à Lesperon. Chimie du bois (seuil haut)
  4. Téréga à Lussagnet. Stockage de gaz souterrain (seuil haut)
  5. DRT à Vielle-Saint-Girons. Chimie du bois (seuil haut)
  6. DRT à Castets. Chimie du bois (seuil haut)
  7. Action Pin à Castets (groupe DRT). Chimie du bois (seuil haut)
  8. MLPC à Rion-des-Landes. Chimie destinée à l'industrie du caoutchouc (seuil haut)
  9. MLPC à Lesgor. Chimie destinée à l'industrie du caoutchouc (seuil haut)
  10. Firmenich à Castets. Chimie (seuil haut)
  11. Alkion à Tarnos. Stockage de liquides inflammables (seul haut)
  12. Air Liquide France Industries à Tarnos. Stockage de gaz liquéfiés (seuil bas)
  13. Rayonier à Tartas. Papeterie (seuil bas)

Comment se passent les contrôles ?  

Ce sont les inspecteurs de la DREAL, placés sous l'autorité du préfet qui s'en occupent. Ces agents de l'Etat assermentés vérifient que les conditions de sécurité sont respectées. Ils font partie d'une réunion annuelle organisée pour chaque site avec les principaux acteurs.  

Un établissement classé Seveso seuil haut est obligé de réexaminer tous les  cinq ans l'étude de dangers de son site et de le mettre à jour. La directive Seveso impose également des plans d'opération interne (POI) et externe, des plans particulier d'intervention (PPI) pour limiter les conséquences d'un accident et informer la population. Ceux deux plans doivent être réexaminés et testés tous les trois ans. Depuis 2003 et la catastrophe d'AZF, la France a complété ces dispositifs avec le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) qui permet de maîtriser l'urbanisation autour de ces sites. 

Castets : la commune aux trois sites Seveso

Le département des Landes compte actuellement 11 sites industriels classés Seveso seuil haut. Au nord-ouest de Dax, en direction de l'océan, au milieu des pins, la commune de Castets, moins de 3.000 habitants, est particulièrement concernée avec trois sites Seveso seuil haut : DRT et sa filiale de produits d'entretien, Action Pins, et le groupe suisse Firmenich qui travaille une molécule de synthèse identique à l'arôme de la fraise. 

Tout se passe bien au quotidien assure le maire, Philippe Mouhel : "On a des relations rapprochées avec les responsables des sites, directeurs et responsables sécurité. Nous avons les coordonnées et nous pouvons interagir assez vite par texto. Par exemple, une fois, une alarme a sonné et nous n'avons pas été prévenus. Normalement, ils nous informent quand ils font des exercices et là ce n'était pas le cas. Et comme la population est aussi sensibilisée, on m'avait demandé et j'ai une réponse aussitôt disant qu'il n'y avait pas de problème." 

Cela fait maintenant une vingtaine d'années que ces usines sont installées sur Castets. Toutes les trois sur la même zone, au sud de Castets. "On vit avec, mais sans crainte" poursuit Philippe Mouhel, qui explique que sur Castets il y a un autre risque important, celui de l'autoroute empruntée par 10.000 camions tous les jours, dont de nombreux camions citernes. Et puis, "on est bien entouré, une réunion annuelle se tient avec la DREAL, la DDTM, les services de la Préfecture, les responsables des sites, qui font remonter tous les incidents en interne, la Sepanso, la commune, des élus et les riverains".

En plus du PPRT et du PPI, un plan communal de sauvegarde a été mis en place. Il prévoit par exemple le découpage de la commune en secteurs et des citoyens relais sensibilisés, qui sonnent et font du porte à porte auprès de la population s'il arrive la moindre alerte ou le moindre risque.  Des plaquettes ont également été distribuées à la population, où sont détaillées les sonneries, et leur nombre qui correspond à tel risque. 

"On vit avec, mais sans crainte"répète le maire, "on a la chance d'avoir des entreprises sérieuses, qui laissent leurs portes ouvertes pour les visites. Mais c'est très contrôlé avec des grillages très hauts, l'entrée se fait avec une pièce d'identité, même pour le député".

Mais la semaine dernière, en voyant les images de Lubrizol, l'élu a tout de suite pensé à ce qui pourrait se passer à Castets : "On est serein, mais nous ne sommes pas naïfs. Nous savons que ce risque existe, il est là, aux portes de notre village. Mais ce qui a bien été conçu par mes prédécesseurs c'est l'emplacement. Ces sites ont été construits de l'autre côté de l'autoroute, avec très peu de riverains autour, il n'y a pas d'urbanisation, ils sont vraiment au milieu des pins. Et en plus ils ont au sud et les vents dominants sont d'ouest."

Et puis, la commune de Castets a un atout supplémentaire, une caserne de pompiers."Par rapport à d'autres communes qui ont des sites Seveso, et qui elles n'ont pas forcément de centre de pompiers. Même si les usines Seveso ont des pompiers professionnels sur place, nous en plus on a nos pompiers qui peuvent intervenir et qui sont aussi entraînés" conclut Philippe Mouhel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu