Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dérèglement climatique : la banquise arctique atteint sa deuxième superficie la plus basse jamais enregistrée

-
Par , France Bleu

La banquise de l'Arctique fond de plus en plus l'été et sa superficie hivernale se réduit a indiqué lundi le National Snow and Ice Data Center qui scrute l'état de la glace depuis 1979.

Ours polaire photographié dans l'Arctique en 2012 (illustration).
Ours polaire photographié dans l'Arctique en 2012 (illustration). © Maxppp - Alain Pons/AltoPress

Nouvelle illustration du dérèglement climatique, la fonte de la banquise se poursuit en Arctique. Les récentes observations satellites du National Snow and Ice Data Center (en anglais) aux Etats-Unis, montrent qu'au15 septembre la banquise estivale mesurait 3,74 millions de kilomètres carrés. Il s'agit de la deuxième superficie la plus petite jamais enregistrée, après 2012.

La fonte des glaces durant l'été s'accélère et la superficie hivernale de la banquise diminue aussi avec le réchauffement climatique, s'inquiètent les chercheurs du National Snow and Ice Data Center dont les observations font référence depuis 1979. "L'année a été folle dans le nord, avec la banquise presque au niveau le plus bas jamais vu, des canicules (...) en Sibérie et des immenses feux de forêts", a commenté Mark Serreze, son directeur.  "Nous nous dirigeons vers un océan Arctique sans glace saisonnière", a-t-il déploré.

Quatre décennies de déclin

Si la fonte de la banquise ne contribue pas directement à la hausse du niveau des océans, puisque la glace est déjà sur l'eau, elle "a un impact sur le système du climat" a confirmé Claire Parkinson, climatologue de la Nasa, à l'AFP. Moins il y a de glace, moins les rayonnements solaires sont reflétés et plus ils sont absorbés par les océans, ce qui les réchauffe.

"La faible couverture de la banquise cette année est pile dans la tendance de déclin observée depuis quatre décennies", d'après cette spécialiste. Selon certains chercheurs, auteurs d'une étude publiée par la revue Nature (en anglais) en juillet, la banquise du nord pourrait même disparaître plus vite que ce que les modèles climatiques prédisent.

Ecosystème bouleversé

La fonte de ces glaces menace directement les ours polaires, qui en dépendent pour se nourrir, et le mode de vie des Inuits au Groenland. Le réchauffement des océans se traduit déjà par une pollution de l'eau, fatale à plusieurs espèces de poissons ont averti les experts climat de l'ONU (Giec) dans un rapport sur les océans et la cryosphère (banquise, glaciers, calottes polaires et permafrost) publié l'an dernier. Une nouvelle réunion sur le climat et la biodiversité est prévue dans les deux prochaines semaines à l'ONU.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess