Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des chênes de l'Allier seront utilisés pour reconstruire la charpente de Notre-Dame de Paris

Des chênes d'Auvergne vont servir à la reconstruction de la charpente de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La coopérative forestière Unisylva donnera 300 chênes pour rebâtir l'édifice. Ils seront en partie prélevés dans le département de l'Allier où la sélection des arbres à abattre a commencé.

Philippe Veyret le technicien forestier mesure le diamètre d'un chêne en compagnie du propriétaire
Philippe Veyret le technicien forestier mesure le diamètre d'un chêne en compagnie du propriétaire © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Du bois de l'Auvergne sous la toiture de Notre-Dame de Paris. 1.324 chênes précisément seront utilisés pour refaire la charpente de l'édifice détruit dans un incendie il y a deux ans. La coopérative forestière Unisylva donnera 300 chênes. Les techniciens de la coopérative forestière ont commencé la sélection dans le département de l'Allier. Une vingtaine de propriétaires de forêts privées ont accepté de donner leurs arbres. Au total, leur contribution se montera à 50 chênes. Depuis jeudi dernier, un repérage et la sélection des arbres sont organisés dans les différentes parcelles.

Un cahier des charges très précis

Les chênes centenaires sélectionnés devront répondre à un certain nombre de critères de façon à pouvoir tirer des pièces de charpentes d'une qualité irréprochable capable de durer dans le temps comme la précédente charpente vieille de plus de 800 ans lorsqu'elle a brûlé. Ces chênes doivent mesurer de 5 à 14 mètres d'un diamètre de 50 à 90 centimètres pour ceux qui seront prélevés dans les forêts privées, explique Philippe Veyret, le directeur de l'agence Unisylva nord Auvergne-Bourbonnais chargé de la sélection des bois.

Marquage d'un des trois chênes sélectionnés pour la réfection de la charpente de Notre-Dame de Paris
Marquage d'un des trois chênes sélectionnés pour la réfection de la charpente de Notre-Dame de Paris © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Des arbres non vrillés, très droits, sans nœuds pourris sans branche charpentière, sans gélivure ni mitraille, les spécialistes comprendront ! La charpente nécessitera également la coupe de chênes de 15 à 21 mètres de haut. Ces arbres seront prélevés par l'ONF dans les forêts domaniales. Ce repérage, c’est la première étape avant la coupe. Philippe Veyret nous fait une démonstration in situ dans une forêt sur la commune de Jaligny-sur-Besbre dans l'Allier en compagnie de Xavier de Montlaur, le propriétaire qui possède une plantation familiale de 700 hectares de chêne. 

Ce ne sont pas forcément les plus beaux spécimens qui seront choisis car la partie du chêne destinée à la charpente n'est pas aussi noble que celle qui sera utilisée pour la menuiserie, l'ébénisterie ou le merrain pour la fabrication des tonneaux de vins. En revanche, les chênes sélectionnés doivent être le plus rectiligne possible sur les longueurs souhaitées comme le montre Philippe Veyrat en éliminant d'emblée un bel arbre qui à la chance ou le malheur d'être coudé à trois mètres de hauteur.

Philippe Veyret directeur de l'agence forestière Unisylva nord-Auvergne Bourbonnais et Xavier de Montlaur le propriétaire des chênes arpentent le bois
Philippe Veyret directeur de l'agence forestière Unisylva nord-Auvergne Bourbonnais et Xavier de Montlaur le propriétaire des chênes arpentent le bois © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Les arbres doivent être coupés avant le 15 mars car la montée de sève du printemps est susceptible d'altérer la qualité du bois. Après abattage, les arbres seront débardés puis transportés gratuitement jusqu'aux scieries. Après la transformation chez les scieurs, les poutres seront envoyées à Paris avant la fin de l’été 2021. Le président de la République Emmanuel Macron a fait une promesse. Que la reconstruction de la cathédrale soit achevée avant 2024.

Le prestige de participer à la sauvegarde du patrimoine

Alors qu'une charpente métallique a pu être envisagée, Xavier de Montlaur se réjouit du choix d'une charpente en bois surtout en chêne, car c'est l'arbre dont on fait les plus belles charpentes. La meilleure des façons de conserver le patrimoine culturel intact, c'est la raison pour laquelle il a décidé de faire don de trois chênes et peut-être plus si besoin précise-t-il. "Je pense que Notre-Dame c'est un beau symbole, il y a eu un élan national d'émotion quand la cathédrale a brûlé. Les gens donnent au restos du cœur, Notre-Dame pour nous les propriétaires de forêt, c'est un petit peu notre cœur." 

Des chênes abattus dans la forêt de Jaligny sur Besbre attendent d'être transportés vers une scierie
Des chênes abattus dans la forêt de Jaligny sur Besbre attendent d'être transportés vers une scierie © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

À la différence de ceux de l'Allier, les propriétaires de forêt de chêne du Puy-de-Dôme ne contribueront pas à la réfection de la charpente de la cathédrale de Paris. Non pas parce qu'ils ne veulent pas tient à préciser Philippe Veyret, mais tout simplement parce qu'il y a peu de forêts de chêne dans ce département et qu'il serait trop compliqué et onéreux de couper des arbres souvent isolés et difficiles d'accès. Un projet de site internet est en réflexion sur lequel seraient géolocalisés sur une carte de France tous les chênes centenaires utilisés pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess