Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des pièges à pigeons sur la cathédrale de Sens suscitent l'émoi chez les défenseurs des droits des animaux

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu

Un militant des droits des animaux, en visite à la cathédrale de Sens samedi 22 août, a découvert des pièges à pigeons dans lesquels gisaient des cadavres, une « pratique d'un autre temps », selon lui. Des cages qui servent à réguler la population d'oiseaux indique la mairie de Sens.

Ces pièges sont utilisés depuis plusieurs années nous assure la mairie de Sens. Un employé de la ville libère les pigeons vivants plusieurs fois par semaine pour ensuite les exécuter.
Ces pièges sont utilisés depuis plusieurs années nous assure la mairie de Sens. Un employé de la ville libère les pigeons vivants plusieurs fois par semaine pour ensuite les exécuter. - Mkrtitch Martirossyan

Ces pièges à pigeons seraient installés sur les promontoires de la cathédrale de Sens depuis plusieurs années. Mkrtitch Martirossyan les a découverts samedi 22 août alors qu'il visitait l'édifice gothique avec l'office de tourisme. « Une dizaine de pièges », assure-t-il, une information corroborée par la mairie de Sens. 

Dans un de ces pièges gisaient trois cadavres selon cet habitant de la commune, militant des droits des animaux par ailleurs. « Il y a plein d'alternatives et malheureusement, notre municipalité décide de suivre cette voie-là, de piéger les pigeons d'une façon un peu archaïque et brutale. »

Les détails sur ces pièges à pigeons sur la cathédrale de Sens.

Des pièges d'environ 1 mètre de diamètre qui emprisonnent les pigeons qui s'y aventurent.
Des pièges d'environ 1 mètre de diamètre qui emprisonnent les pigeons qui s'y aventurent. - Mkrtitch Martirossyan

Des cages d'un mètre de diamètre

M. Martirossyan semble plutôt bien informé quand il s'agit de décrire ces pièges : « Ce sont des cages rondes qui font environ un mètre de diamètre. Il y a plusieurs trappes autour de ce dispositif. Et le piégeur [un employé municipal précise la mairie de Sens, NDLR] met en route toutes ces trappes. » Les pigeons, considérés comme invasifs en France, sont donc piégés à l'intérieur de ces cages. « Le piégeur passe probablement tous les 7 ou 15 jours. »

Le témoignage d'un habitant de Sens, tombé nez à nez avec ces pièges à pigeons censés réguler la population de ces oiseaux dans le ville.

Selon Paul-Antoine de Carville, premier adjoint à la mairie de Sens, en charge notamment de l'urbanisme, le piégeur se rend sur les lieux plusieurs fois par semaine. « Les pigeons attrapés ne sont pas morts de faim ou laissés à l'abandon pendant des semaines. Ils sont récupérés par le piégeur agréé. Ce n'est pas un dispositif de tortionnaires qui serait à l'abandon. » 

Pourquoi des cadavres ont-ils été observés dans ces pièges ? Réponse de Paul-Antoine de Carville : « Ça fait plusieurs mois avec le confinement que tout a été mis en suspend. Il y avait quatre pigeons morts depuis des mois. » Une hypothèse qui n'est pas partagée par Mkrtitch Martirossyan. « Les cadavres n'étaient pas en décomposition. Cela veut dire que c'était récent. Ça ne pouvait pas dater de 4 mois ou 6 mois », assure-t-il.

Une méthode « angoissante pour les pigeons et inefficace » dans la régulation de leur population

Selon le Sénonais qui a tenu à partager cette pratique au grand public, elle serait pratiquée depuis plusieurs années. « À l'époque, il n'existait pas d'alternatives à ce genre de piège. Mais maintenant, nous savons que ce dispositif n'est pas efficace puisque ça fait des années qu'ils utilisent ces pièges et _il y a toujours autant de pigeons à la cathédrale, toujours autant d'excréments_. » 

Des méthodes alternatives existent pour réguler la population de pigeons dans les villes nous affirme Amandine Sanvisens, présidente de l'association de défense des droits des animaux Paris Animaux Zoopolis.

Amandine Sanvisens est la président de l'association Paris Animaux Zoopolis. Il existe selon elle des méthodes plus douces pour réguler la population de pigeons dans les villes. « Comme les _pigeonniers contraceptifs_. Il s'agit de déployer des pigeonniers adaptés et en nombre suffisant parce que souvent, les villes en mettent un et ils se disent que ça suffit. » À Sens, il existait bien un pigeonnier, installé en 2014 dans le quartier des Champs-Plaisants, mais qui a brûlé depuis. Paul-Antoine de Carville affirme à France Bleu Auxerre que deux pigeonniers devraient voir le jour à la fin de l'année 2020.

Les pigeonniers doivent être entretenus de manière régulière, toujours selon Amandine Sanvisens. « Il faut enlever régulièrement les œufs : ça permet de limiter la reproduction des pigeons grâce à une méthode pacifique. » Il existe une autre méthode, adoptée à Barcelone en 2017 : nourrir les pigeons avec du maïs stérilisant. « Ça peut paraître contre-intuitif mais la population de pigeons a été divisée par deux dans la capitale catalane. Il faut que les villes se saisissent de la question. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess