Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des stations météo connectées fleurissent en Lorraine pour aider les agriculteurs

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

La coopérative agricole lorraine LORCA vient d'installer une soixantaine de stations météo ultra-sophistiquées dans le nord de la région. Pluie, vent, humidité, température : les données sont envoyées en temps réel pour aider les agriculteurs dans leur travail au quotidien.

L'apprenti ingénieur-agronome Florian Montes à côté d'une station météo connectée à Pagny-lès-Goin, près de Louvigny
L'apprenti ingénieur-agronome Florian Montes à côté d'une station météo connectée à Pagny-lès-Goin, près de Louvigny © Radio France - Lucas Valdenaire

Des "stations météo connectées" au chevet des agriculteurs lorrains. La coopérative régionale LORCA, en partenariat avec une start-up lilloise, vient d'installer une soixantaine d'instruments technologiques un peu partout en Moselle et dans le Pays-haut (quasiment tous les 15 kilomètres).

Un bijou technologique

Planté à l'entrée d'un champ de Pagny-lès-Goin, près de Louvigny, l'objet pourrait presque passer inaperçu. De loin, c'est une simple tige d'environ deux mètres de haut. En se rapprochant, on distingue tous les détails : un boitier blanc et des capteurs noirs au sommet pour mesurer la pluviométrie, la température et l'humidité de l'air (l'hygrométrie). Sur le côté : un anémomètre qui ressemble à une petite hélice pour calculer l'orientation et la vitesse du vent. 

"Toutes ces données sont envoyées chaque quart d'heure, explique Florian Montes, apprenti ingénieur-agronome. Cela permet d'avoir la météo au moment T et nous la recevons en temps réel sur notre ordinateur, notre tablette ou notre téléphone."

"Une meilleure utilisation des engrais"

Ces données sont donc récoltées par les techniciens qui accompagnent les agriculteurs dans leur travail au quotidien. L'idée, c'est d'améliorer la qualité de leurs récoltes, de prévenir les maladies et d'optimiser les quantités de produits versés sur les cultures.

"Avant d'intervenir, on regarde sur le téléphone, poursuit Florian Montes. On voit qu'il n'y a pas de vent, que l'humidité est bien et qu'il n'a pas plu sur cette zone-là, donc on peut y aller. Cela permet une meilleure utilisation des engrais et un meilleur raisonnement de toutes les activités agricoles. Comme on travaille avec le vivant, on travaille avec la météo".

Une météo désormais connectée pour anticiper les aléas climatiques et limiter les dégâts, par exemple, quand la sécheresse menace. C'est encore le cas cet été. Ces stations permettent enfin d'enregistrer les données sur plusieurs mois. Il sera donc possible, à moyen terme, de dresser un bilan de l'évolution climatique locale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess