Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Deux bus au gaz circulent à Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

A partir de ce lundi 30 septembre, deux bus au GNV (gaz naturel pour véhicule) vont circuler sur la ligne 3 du réseau Citura. Ils sont annoncés comme moins polluants et moins bruyants que les bus au diesel. Les syndicats soutiennent cette avancée et espèrent un déploiement rapide à tout le réseau.

Deux bus au gaz circuleront sur la ligne 3 à partir du 30 septembre
Deux bus au gaz circuleront sur la ligne 3 à partir du 30 septembre © Radio France - Aurélie Jacquand

Reims, France

D'extérieur, rien ne distingue les bus au gaz des autres : ce sont deux bus articulés, d'une capacité d'accueil de 39 places assises et 128 debout. Sauf que sous le capot, ce n'est pas du diesel qui leur permette d'avancer, mais du gaz compressé. "On se connecte sur le gaz de ville", explique Jean-Luc Bonnet, directeur général de la société MPH Energie, qui fabrique les station service au GNV. "On compresse ce gaz pour le réinjecter dans les bouteilles qui sont dans les bus. _1 kilo de gaz c'est environ 1 litre de diesel, avec une autonomie quasi équivalente_". Un bus peut-être rechargé en 10 minutes en charge rapide ou en quelques heures en charge lente.

L'intérêt de ces bus est bien sûr de moins polluer et dans un communiqué, Citura promet que par rapport au Diesel le GNV (Gaz Naturel pour Véhicule) permet de réduire de : 

  1. 80% des émissions de gaz à effet de serre 
  2. 14% de dioxyde de carbone 
  3. 30% d’oxyde d’azote Nox 
  4. 90% de particules fines Pm
Les bus fonctionnent grâce à du gaz de ville compressé - Radio France
Les bus fonctionnent grâce à du gaz de ville compressé © Radio France - Aurélie Jacquand

Acheter des bus "propres" est une obligation de la loi sur la transition énergétique : à partir de 2020, la moitié des bus renouvelés devront être remplacés par des bus fonctionnant autrement qu'au diesel, pour atteindre 100% en 2025. Le Grand Reims a choisi de mettre en place deux premiers bus sur la ligne 3, mais assure que ce n'est qu'un début : "Il y aura une négociation à partir d'avril 2020 pour décider vers quels bus on va, mais il est certain que plus on achètera de bus au gaz, moins ils coûteront cher", explique Patrick Bedek, élu du Grand Reims en charge des transports. Car pour le moment, un bus au GNV coûte 10% de plus qu'un bus Diesel.

"On veut du gaz" dit la CGT Citura

S'il y en a qui voit d'un très bon oeil l'arrivée de ces bus au gaz, ce sont les salariés de Citura. Lors de la présentation des bus, des représentants du syndicat CGT avaient sorti des banderoles "On veut du gaz". Jérôme Briot, représentant syndical explique : "Parce que ça coûte moins cher que les bus électriques et parce qu'en terme de maintenance ça se rapproche du Diesel, donc nous avons les compétences, alors qu'avec de l'électrique on perdrait des emplois".

Le syndicat CGT milite pour un déploiement rapide des bus au GNV - Radio France
Le syndicat CGT milite pour un déploiement rapide des bus au GNV © Radio France - Aurélie Jacquand
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu