Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Panthères, putois, rapaces... Le parc animalier Ecozonia de Cases-de-Pène accueille ses premiers pensionnaires

-
Par , France Bleu Roussillon
Cases-de-Pêne

À trois mois de son ouverture au public, le parc animalier de Cases-de-Pène vient d'accueillir ses premiers pensionnaires : deux jeunes panthères de l'Amour, trois putois de Sibérie et plusieurs rapaces. En attendant les tigres, les loups ou encore les ours...

Les deux panthères sont nés en 2019 en captivité
Les deux panthères sont nés en 2019 en captivité - Zoo de Copenhague

Âgées de 17 mois, Ylga et Youmi pourraient devenir les futures stars du parc animalier Ecozonia, qui doit ouvrir ses portes à Cases-de-Pène (Pyrénées-Orientales) le 6 février prochain. Ces jeunes panthères de l'Amour figurent parmi les premiers pensionnaires du parc de 26 hectares exclusivement dédié aux prédateurs du monde entier.  Offerts par le zoo de Copenhague, les deux félins appartiennent à une espèce en danger critique d'extinction. 

"C'est une émotion immense : l'arrivée de ces deux panthères est l'aboutissement d'un projet qui a démarré il y a trois ans et demi", se réjouit le responsable du parc Cyril Vaccaro. "Il ne reste que 80 individus à l'état sauvage en Sibérie, et environ 200 en captivité. Notre objectif, c'est de participer à un programme mondial de reproduction pour sauver cette espèce emblématique". Dans cet objectif, un mâle devrait bientôt rejoindre les deux femelles.

Au sein du parc Ecozonia, les panthères vont bénéficier d'un vaste terrain de jeu, à l'intérieur d'une immense volière haute d'une dizaine de mètres. "Nous avons conservé la végétation originelle, et notamment les grands pins où elles vont pouvoir grimper. Nous leur avons aussi installé des plates-formes en hauteur et une petite tanière dans les rochers, pour s'abriter du vent".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

À côté des panthères, ils passeraient presque inaperçus ! Trois putois de Sibérie viennent également de s'installer dans le parc. "Ils sont absolument adorables !", lance Cyril Vaccaro, très fier d'être le seul parc de France à présenter au public ce petit mammifère aussi mignon que vorace. 

Dans le courant de l'été, plusieurs rapaces ont également pris possession des lieux : un couple de hiboux grand duc de Sibérie,  un aigle, une chouette laponne,  un faucon pèlerin et 3 faucons crécerelle. Depuis quelques semaines, les soigneurs habituent les oiseaux à leur présence et les préparent au vol. 

Zazou, le faucon pélerin
Zazou, le faucon pélerin - Ecozonia

Pendant que les premiers pensionnaires prennent leurs marques, les grands travaux se poursuivent sur le site. Malgré le confinement, une cinquantaine d'ouvriers s'activent pour finaliser les derniers aménagements. "Nous sommes dans les temps", se félicite Cyrille Vaccaro, "sauf catastrophe, l'ouverture au public pourra se faire début février."

À cette date, les visiteurs ne pourront découvrir qu'un partie du parc : celle dédiée aux prédateurs de la région de l'Amour en Sibérie. Dans les années qui viennent, les travaux vont se poursuivre pour aménager trois nouveaux espaces, consacrés aux prédateurs d'autres régions du monde (la province de Lambayeque au Pérou, le Parc W au Niger et le plateau de Shan en Birmanie). Fin des travaux prévue en 2033 !

Le prix du billet d’entrée se veut raisonnable  : 11 à 14 euros pour les adultes en fonction de la saison, 9 à 12 euros pour les enfants. Des abonnements à l'année seront proposés. Les plus fortunés pourront profiter d’éco-lodges haut-de-gamme pour passer la nuit au milieu des prédateurs. Il sera également possible d’y organiser des événements, comme des anniversaires, des sorties scolaires, des séminaires ou des visites nocturnes. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess