Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : bras de fer engagé entre la mairie et les squatteurs de l'avenue de Langres

-
Par , , France Bleu Bourgogne

Après une tentative avortée de destruction du jardin de l'Engrenage, cet espace occupé depuis le 17 juin par des militants écologistes, l'avenir de la friche semble ne plus tenir qu'à un fil. Le projet immobilier prévu sur place "se fera", insiste le maire François Rebsamen.

Le jardin de l'Engrenage, occupé par des militants écologistes et des habitants depuis le 17 juin
Le jardin de l'Engrenage, occupé par des militants écologistes et des habitants depuis le 17 juin © Radio France - Arnaud Racapé

Au numéro 63 de l'avenue de Langres à Dijon, un parfum de (petite) victoire planait ce vendredi midi autour d'un pique-nique organisé par ses habitants, en tout cas ces personnes, militants écologistes, qui occupent cette friche depuis le 17 juin dernier. "C'est _un échec pour eux_", avance Victor* en référence à l'opération de police avortée un peu plus tôt dans la journée. "Quelques uns des habitants sont montés sur la machine, empêchant le conducteur de faire son travail, après une seconde machine est arrivé, on a fait une chaîne humaine. C'est une tentative, tentative ratée de détruire les lieux. Alors où voulaient-ils aller ? Quelles étaient leurs intentions ? Il n'ont rien expliqué. Mais c'est un échec pour eux."

Donner des bouts de jardins

C'est lors d'une manifestation pour le climat que ces militants se sont installés sur le site. Ils voulaient y lancer un jardin partagé sur le même modèle que celui des Lentillères pour protester contre un projet immobilier de la Ville. Yzée*, l'une des habitantes, voit dans ces jardins une manière de régler des problèmes mis à jour pendant le confinement : "on a touché du doigt la précarité alimentaire, plutôt que de verser des millions d'allocation, il vaudrait mieux donner des bouts de jardins et permettre aux gens d'être autonomes, il faut réfléchir différemment."

François Rebsamen assume l'opération

Contacté, le maire de Dijon "pas sur place actuellement" assume pleinement cette intervention policière, "entièrement légale" : "Il y a un beau projet sur ce terrain qui a été monté par Stéphanie Modde et Pierre Pribetich il y a plus d'un an pour faire tout à la fois des constructions dans cette dent creuse, mais également _8500 m² de jardins partagés_, comme c'était demandé à l'époque par nos amis écologistes. Il n'y a eu aucun recours, par contre maintenant on a des lettres d'habitants du quartier qui se plaignent du bazar toutes les nuits, donc il était temps qu'on reprenne possession du terrain. On ne peut pas empêcher les entreprises de travailler sous prétexte qu'un certain nombre de personnes décident que c'est le jardin du peuple, ou installent quelques banderoles. Les terrains il appartiennent à la ville, donc il n'y a pas de sujet. Quand il y a un projet, il faut que le projet se fasse."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess