Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement en Dordogne : "notre regard sur la nature a changé, nous avons été plus attentifs"

-
Par , , France Bleu Périgord

Depuis quelques semaines, vous observez près de chez vous des animaux sauvages, Vous avez été nombreux à nous envoyer vos photos et vos vidéos de serpents, d'hérissons. Est-ce-l'effet du confinement ? Réponses de spécialistes.

Hérisson, serpent, chevreuil, vous les avez observés pendant le confinement. Photo d'illustration
Hérisson, serpent, chevreuil, vous les avez observés pendant le confinement. Photo d'illustration © Radio France - Julie Guesdon

Vous êtes nombreux à partager vos rencontres ces dernières semaines avec des animaux sauvages. Est-ce-un effet du confinement ? France Bleu Périgord a posé la question à des spécialistes de la faune et de la flore.

"Notre regard a changé" pour le directeur de Cistude-Nature

Selon Christophe Coïc, l'effet du confinement est à relativiser. Le directeur de Cistude-Nature était l'invité ce vendredi matin sur France Bleu Périgord. Pour lui, trois facteurs expliquent ce phénomène. Le premier c'est que les personnes ont été plus attentives à leur environnement du fait du confinement :"l'humanité entière a été confinée, fait unique dans notre histoire d'espèce humaine. On a été confronté à la nature et on a un peu regardé". Le deuxième facteur, c'est un hiver doux qui a permis le développement de nombreux insectes. Enfin troisième facteur, le fauchage retardé par le confinement. 

Comme il n'y avait plus de voiture, les hérissons ont pu sortir de leur hibernation sans crainte de se faire écraser"

Christophe Coïc estime qu'il faut laisser la nature un peu tranquille et il aimerait qu'une semaine par an, on se confine pour laisser un peu de répit à la biodiversité menacée par l'exploitation humaine : "En France, on a perdu 75% des espèces d'insectes, et cela ne veut pas dire qu'en deux mois les effectifs se sont reconstitués". 

Des massifs et des près laissés en jachères 

A Lalinde, Serge Fagette a entendu le chant des cailles, des oiseaux qui avaient pratiquement disparu explique le naturaliste et ornithologue. Il ne croit pas vraiment à l'effet du confinement pour le développement des espèces. Selon lui, on les a plus vu car on les a observés mais c'est aussi parce que de nombreux bas-côtés et massifs sont restés en jachère pendant du confinement :

Serge Fagette, ornithologue et naturaliste à Lalinde

Des serpents réinvestissent des territoires

Vous êtes nombreux à observer des serpents chez vous, dans votre jardin notamment. Selon Frédéric Chiche, naturaliste professionnel, les serpents ont réinvesti des espaces laissés vacants par l'homme. Si l'on observe des serpents entremêlés comme le montre la vidéo ci-dessus, il s'agit "de combat entre deux mâles pour une femelle" explique Frédéric Chiche. 

Frédéric Chiche naturaliste et connaisseur des serpents

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu