Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Écologie : le bilan vert de la France dans le rouge

-
Par , France Bleu

Le ministère de l'Ecologie a publié ce jeudi un bilan de la situation de l'écologie en France. S'il y a des progrès, de l'aveu même du ministère, notre pays est loin d'être dans les clous notamment sur le changement climatique et l'érosion des espèces.

En France, le nombre d'oiseaux et d'insectes diminue de manière inquiétante.
En France, le nombre d'oiseaux et d'insectes diminue de manière inquiétante. © Maxppp - Maxime JEGAT

Ce jeudi, le ministère de l'Ecologie a fait un bilan de la situation environnementale de la France. Cette évaluation est faite tous les quatre ans. Pour la première fois, le ministère a confronté ce bilan avec ce qu'on appelle "les limites planétaires". Ce sont neuf critères qu'il ne faut pas dépasser pour assurer un développement "sûr et juste" pour l'humanité.  Et avec la majorité de ces neuf critères dans le rouge, le bilan de la France n'est pas fameux du tout. Surtout pour ce qui est du changement climatique et de la préservation des espèces. Revue de détail.

Changement climatique : encore trop de CO2 par habitant 

La France a baissé ses émissions de CO2 de 18% entre 1990 et 2017. Un progrès mais qui est loin de suffire pour arriver au niveau d'émissions par habitant nécessaire pour limiter le réchauffement à deux degrés en 2100.

Un réchauffement qui est déjà une réalité en France. L'année 2018 a été la plus chaude jamais enregistrée dans l'Hexagone.

Autre indicateur inquiétant : le nombre de catastrophes naturelles très graves avec plus de dix morts est monté à 3,6 par an entre 1997 et 2017. Contre un événement par an entre 1950 et 1996.

Espèces en danger : 18% des espèces disparues ou menacées

Sur les 10.000 espèces que compte la France - Dom Tom compris - plus d'un quart n'existent plus ou risquent l'extinction. Et pour les autres espèces, c'est l'inquiétude aussi. Car certaines populations d'animaux comme les oiseaux et les insectes chutent de manière très importante. Seules les espèces protégées comme le loup et le lynx s'en tirent mieux.  

Et ce n'est pas mieux pour leurs habitats. À peine 20% sont dans un état satisfaisant. 

Les bords de mer sont aussi dans une situation préoccupante. Victime de leur succès, la densité de logement y est trois fois plus importante que la moyenne nationale.    

Pollution de l'air : encore trop de décès prématurés 

Si la qualité de l'air est meilleure depuis le début des années 2000, la France est encore très loin de bien respirer. En plus d'avoir encore certaines régions et villes très polluées, les particules fines provoquent toujours 48.000 décès prématurés par an. 

Et les polluants de l'air intérieur, 20.000 décès prématurés.    

Pollution des eaux : aucun progrès pour les eaux souterraines  

La qualité des eaux des rivières et des plans d'eau est bien meilleure. C'est grâce à une baisse des polluants qui ont longtemps souillé ces eaux de surface : les détergents et les engrais. Mais reste à éliminer des polluants qui sont en pris en compte depuis peu comme les résidus de médicaments.  

Le vrai point noir, ce sont les eaux souterraines. Il n'y a eu aucun progrès important. Résultat, depuis l'an 2000 environ, 10% des forages qui servent à produire de l'eau potable ont été abandonnés pour cause de pollution aux nitrates ou aux pesticides.  

Pollution des sols : la faute surtout aux hydrocarbures  

Malgré la difficulté d'avoir une vue d'ensemble, le ministère de l'Ecologie estime à 6.800 le nombre de sites et de sols pollués depuis 2018. Pollution essentiellement due aux hydrocarbures.

Risques technologiques : 18.000 communes exposées à un risque 

Fin 2018, la France comptait 18.000 communes exposées à un risque technologique comme des installations nucléaires, des industries, du transport de matières dangereuses, des mines ou des barrages. Entre 1992 et 2017, il y eu près de 40.000 accidents. Ce qui dans 18% des cas a fait des morts et des blessés, et dans un tiers des cas a causé des dégâts environnementaux.

Empreinte écologique de la France : gare aux émissions importées

En plus des émissions de CO2, la France alourdit son empreinte avec ses importations notamment de matières premières agricoles, car elles provoquent de la déforestation à l'étranger. La déforestation "importée" a représenté en 2016 l'équivalent d'un quart de la France métropolitaine. 

Et s'ajoute à ça notre consommation d'ordinateurs, tablettes et autres téléphones. Un portable de 120 grammes nécessite 70 kilos de matières et matériaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu