Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Électricité : Greenpeace dresse un classement des régions les plus "vertes", le Grand Est en tête

L'ONG écologiste Greenpeace dévoile, ce jeudi, un palmarès des régions les plus "vertes" en terme d'électricité. Parmi les critères pris en compte, la sobriété énergétique et les efforts de conversion vers une électricité renouvelable. Le Grand Est fait figure d'exemple à suivre.

Un parc d'éoliennes à Saint-Félix-Lauragais, en Haute-Garonne.
Un parc d'éoliennes à Saint-Félix-Lauragais, en Haute-Garonne. © AFP - Philippe Roy/Aurimages

Quelles sont les régions les plus "vertes" en terme de consommation électrique ? L'ONG écologiste Greenpeace révèle, ce jeudi, son classement des régions les plus vertueuses en terme de consommation électrique et de conversion vers une électricité à 100% renouvelable. Les régions sont classées selon quatre critères clés : la réduction de la consommation électrique, le développement de l’éolien terrestre, de l’éolien en mer et du photovoltaïque.

La carte des régions les plus "vertes" 

Le Grand Est en tête, Auvergne-Rhône-Alpes et la Bretagne en bas de classement 

La région Grand Est fait figure d’exemple à suivre, selon Greenpeace, qui note "ses très bons résultats sur l’éolien terrestre et la réduction de la consommation électrique". L'ONG nuance ces bons points par "des lenteurs dans le développement du solaire."

Tout en bas du classement, l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Bretagne, qui ont accru leur consommation d’électricité entre 2013 et 2019 et ont très peu développé leur production renouvelable, quelle que soit la source, note Greenpeace. "Ce qui se passe en Auvergne-Rhône-Alpes et en Bretagne actuellement est un énorme gâchis, qui menace la transition énergétique au niveau national tant le potentiel de ces deux régions est important", se désole Nicolas Nace, chargé de campagne Transition énergétique chez Greenpeace France.

Pour comparer entre elles des régions aux profils très différend les unes des autres, Greenpeace a mesuré des paramètres qui tiennent compte de la démographie, de l’industrialisation, et du potentiel de production renouvelable de chaque région.

Le solaire boudé par les régions, sauf en Nouvelle Aquitaine

De manière générale, le solaire reste largement boudé par les régions, note Greenpeace. Certaines, comme les Hauts-de-France, lui ont préféré l’éolien terrestre, au risque de la saturation, estime l'ONG. La Nouvelle Aquitaine fait exception et "semble avoir pris la mesure de ses ressources, et se trouve sur une trajectoire encourageante."

A quelques jours des élections régionales, l'ONG rappelle que les régions "planifient, accompagnent et financent des projets  d’économies d’énergie et d’énergies renouvelables." Et "contrairement aux idées reçues, il ne sera jamais nécessaire de  couvrir un territoire d’éoliennes pour faire du 100% renouvelable", ajoute Nicolas Nace.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess