Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ministre Elisabeth Borne dénonce "le développement anarchique" des éoliennes

-
Par , France Bleu

La ministre de la transition écologique a durci le ton contre l’éolien terrestre. Invitée de la commission des affaires économiques du Sénat, mardi 18 février, Elisabeth Borne a dénoncé ces parcs éoliens en "covisibilité avec des monuments historiques" et des "situations d’encerclement" de bourgs.

Au Sénat, la ministre de la transition écologique et solidaire a durci le ton contre l’éolien terrestre, plaidant pour une meilleure répartition des parcs sur le territoire.
Au Sénat, la ministre de la transition écologique et solidaire a durci le ton contre l’éolien terrestre, plaidant pour une meilleure répartition des parcs sur le territoire. © Maxppp - Karen Kubena

La charge sévère de la ministre de la transition écologique et solidaire au Sénat mardi 18 février 2020 contre l'éolien terrestre a surpris.  Étonnant en effet de la part d’Élisabeth Borne qui prévoit de doubler la puissance de production des éoliennes d'ici 2028.

Encerclement autour de certains bourgs

C'est en répondant à la sénatrice UDI de Côte-d’Or, Anne-Catherine Loisier devant la commission des affaires économiques du Sénat, mardi 18 février que la ministre de la transition écologique et solidaire a dénoncé un développement "anarchique" de l'éolien terrestre.

"C’est vraiment un énorme sujet, je l’ai dit aux acteurs de la filière", a expliqué la ministre, en citant plusieurs exemples : "Il y a des emplacements de parcs éoliens en covisibilité avec des monuments historiques. Je ne comprends même pas comment on a pu arriver à ces situations. On a des territoires dans lesquels on a une dispersion de petits parcs de taille et de forme variable qui donnent une saturation visuelle, voire une situation d’encerclement autour de certains bourgs qui est absolument insupportable."

6.500 mâts supplémentaires

Ces propos très sévères peuvent surprendre puisque dans le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie qui fixe les orientations de politique énergétique de la France pour les dix prochaines années, il est envisagé de développer l’éolien terrestre.  

La puissance installée doit doublé en 10 ans faisant "passer le parc éolien de 8.000 mâts fin 2018 à environ 14.500 en 2028, soit une augmentation de 6.500 mâts". Le document prévoit également un développement important de l’éolien en mer.

Une meilleure répartition sur le territoire

La ministre a rappelé qu'elle continue à travailler pour que ce développement se fasse en tenant compte de "l'acceptabilité" avec une "meilleur intégration paysagère" et surtout une meilleure répartition des parcs sur le territoire. 

Actuellement, les Hauts-de-France et le Grand-Est concentrent la moitié de la puissance éolienne raccordée au réseau. Les conditions de ce "développement harmonieux de l’éolien" a fait l'objet de négociation en décembre 2019 avec les acteurs de la filière.

"Le consensus sur l’éolien est en train de nettement s’affaiblir"

Lors d’une table ronde sur le thème de "l’écologie dans nos territoires" le 14 janvier, Emmanuel Macron avait déjà affirmé ne pas croire à un développement massif de l’éolien terrestre

"Soyons lucide, la capacité à développer massivement l’éolien est réduite. [...] Le consensus sur l’éolien est en train de nettement s’affaiblir dans notre pays. Il y a l'éolien offshore que l'on a développé, relancé très fortement, mais de plus en plus de gens, ne veulent plus voir d'éolien prés de chez eux, considère que leur paysage est dégradé, ne veulent plus avoir d'éolien qui s'installe" a souligné le président avant de conclure "Le solaire et l’hydroélectrique, ce sont le modèle français" (à la 35e minute dans la vidéo de l'Elysée ci-dessous).

Des propos qui font écho aux annonces présidentielles en décembre dernier de favoriser le déploiement de l’éolien offshore. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu