Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En à peine deux kilomètres de marche à Guéret, ce groupe ramasse plus de 320 kilos de déchets

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu

La balade du dimanche n'était pas très champêtre pour quatre étudiantes de l'IUT de Guéret. Dans le cadre de leurs études, elles ont organisé une marche de nettoyage de l'environnement. Avec leur groupe, elles ont récolté plus de 320 kilos de déchets sur à peine deux kilomètres.

En à peine deux kilomètres de marche, les quatres étudiantes et leur groupe ont ramassé plus de 320 kilos de déchets.
En à peine deux kilomètres de marche, les quatres étudiantes et leur groupe ont ramassé plus de 320 kilos de déchets. © Radio France - Noémie Philippot

Se balader dans Guéret le dimanche après-midi, c'est l'idée de beaucoup de monde. Le faire en ramassant des déchets éparpillés en bord de route, c'est tout de suite moins ragoutant. C'est pourtant ce qu'ont organisé quatre étudiantes en DUT Carrières Sociales à l'IUT de Guéret en partenariat avec l'association Recyclabulle. Rejointes par neuf personnes, elles ont ratissé deux kilomètres en partant du parking de l'association et le résultat est accablant

"Dix mètres et déjà on s'arrête tous les 5cm pour ramasser des déchets qui traînent, a priori beaucoup de papiers et des plastiques" déplore Cécile, l'une des volontaires qui s'est inscrite pour cette marche pour l'environnement. Habituée des balades en forêt où les déchets ne manquent pas, elle salue l'initiative de Chloé, Ilonie, Flavie et Margaux. "C'est bien que ça soit des jeunes de l'IUT qui l'aient fait, c'est dommage que ça ne soit pas les pouvoirs publics qui le fassent plus régulièrement."

Si plus de personnes faisaient ça, il y aurait moins de pollution un peu partout !

En une dizaine de mètres à peine, les grands sacs poubelles sont déjà bien remplis.
En une dizaine de mètres à peine, les grands sacs poubelles sont déjà bien remplis. © Radio France - Noémie Philippot

Aurélie et ses deux filles, Cassandra et Chloé ont fait une heure de route, déterminées à participer à cette opération. "C'est vraiment cool de ramasser des déchets que personne ne ramasse parce qu'il faut sauver un peu la terre !" estime Cassandra. "On nettoie un peu la nature, y'a pleins de gens qui polluent, c'est mal !" dénonce sa petite sœur. 

Des étudiantes prêtes à organiser une nouvelle marche

Canettes, métal, polystyrène ... "on ramasse pas mal de choses, des choses que les gens pourraient garder avec eux pour les jeter à la poubelle en rentrant chez eux" constate Aurélie. Elles finissent même par trouver un matelas abandonné juste à côté de la route. Sur à peine deux kilomètres, le groupe a ramassé 327 kilos de déchets

Ils sont treize en tout à participer à une opération. "On n'est pas beaucoup mais on est là" sourit Ilona, l'une des quatre étudiantes à l'origine du projet. Avec la crise sanitaire, elles ont cru devoir abandonnée mais le pari est finalement relevé. Flavie est même prête à organiser une deuxième marche, "peut-être après l'été, quand les gens seront plus vaccinés, on pourra le faire avec plus de monde et ça sera vraiment mieux. Si plus de personnes faisaient ça, il y aurait moins de pollution un peu partout !"

Le groupe a marché pendant deux heures pour remplir douze grands sacs poubelles. Sur deux kilomètres à peine, 327 kilos de déchets.
Le groupe a marché pendant deux heures pour remplir douze grands sacs poubelles. Sur deux kilomètres à peine, 327 kilos de déchets. © Radio France - Noémie Philippot
Choix de la station

À venir dansDanssecondess