Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans le nord-Ardèche, le dépérissement des arbres s'accélère

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les propriétaires de forêt du Nord de l'Ardèche s'inquiètent du dépérissement des arbres, conséquence des épisodes de sécheresse à répétition.

Des tâches grisatres apparaissent dans les forêts du Nord Ardèche, ce sont des arbres morts.
Des tâches grisatres apparaissent dans les forêts du Nord Ardèche, ce sont des arbres morts. © Radio France - Willy Moreau

Les épisodes de sécheresse à répétition auront-ils raison de nos arbres en Ardèche ? Dans le Nord du département, dans les environs de Lalouvesc, des taches grises apparaissent dans les forêts : des arbres morts, de plus en plus nombreux. 

Coupes préventives

Certaines espèces plantées il y a plusieurs décennies ne supportent plus le climat actuel. Cela concerne notamment les épicéas de sitka et les pins sylvestres. Dans le Nord Ardèche, où près de 90% des forêts sont privées, les propriétaires sont forcés de couper les arbres en prévention. 

Sur les hauteurs de Saint-Pierre-sur-Doux, Sébastien élague justement une parcelle particulièrement touchée où près de 40% des arbres sont en train de mourir. Avec son abatteuse, il coupe plusieurs dizaines d'arbres par heure. "J'enlève les arbres dépérissant, explique-t-il. Autrement dit, les arbres morts et secs pour favoriser la pousse des restants"

Les épicéas finissent par perdre leurs épines laissant des branches nues.
Les épicéas finissent par perdre leurs épines laissant des branches nues. © Radio France - Willy Moreau

René Sabatier, maire de Saint-Clair et ancien ingénieur forestier s'alerte de cette situation qui s'aggrave d'année en année : "Des insectes viennent piquer et pondre dans l'écorce. D'habitude, quand l'arbre est vigoureux ils colmatent en émettant de la sève. La sécheresse fragilise les arbres. Comme ils sont en souffrance, ils ont moins de moyens de se protéger et les insectes colonisent".

Changement d'essences d'arbres

C'est pour éviter la propagation de ces insectes que des hectares entiers sont coupés chaque année. Jacques Faurie a par exemple dû élaguer une dizaine d'hectares. "C'est un peu un sentiment de désespoir, raconte l'exploitant. On a planté il y a 40 ans des épicéas de sitka et on n'en replantera plus aujourd'hui."

Face aux chaleurs et au manque d'eau, de nouvelles espèces d'arbres vont être plantées dans la région explique René Sabatier : "On avait introduit à l'époque des essences d'arbres qui venaient de la côte Ouest des Etats-Unis, très arrosée. Ce sont des arbres qui se plaisent plus aujourd'hui dans des régions comme le Limousin plutôt qu'ici". Ici à 1.250 mètres d'altitude où même l'herbe est désormais grillée tous les étés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess