Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Charente, l'eau d'une trentaine de communes jugée non conforme par l'UFC Que choisir

-
Par , France Bleu La Rochelle

L’eau d’une trentaine de communes charentaises n’est pas conforme. C’est le bilan de l’UFC Que choisir, qui met à jour sa carte interactive de la qualité de l’eau en France. Elle dénonce l’utilisation massive des pesticides dans les cultures agricoles.

En Charente, l'eau d'une trentaine de commune est jugée non conforme
En Charente, l'eau d'une trentaine de commune est jugée non conforme - Quechoisir.org

L’UFC Que Choisir dévoile sa nouvelle carte interactive de la qualité de l’eau en France. La bonne nouvelle vient de la Charente-Maritime, où 99 % des communes ont de l’eau conforme. En revanche, le constat est plus mitigé du côté de la Charente, avec une trentaine de communes dont l’eau est jugée non conforme.

Des données fournies par l’ARS

La carte de l’UFC Que choisir s’appuie sur les données récoltées par les Agences Régionales de Santé. Elles sont accessibles sur le site du gouvernement, mais pas "évidentes à comprendre”, selon Martial Koney, le président de l’UFC Que Choisir en Charente-Maritime. L’association les a donc simplifiées à travers une carte colorée.

En Charente, l'eau d'une trentaine de communes est jugée non conforme
En Charente, l'eau d'une trentaine de communes est jugée non conforme - Quechoisir.org

L’eau de moins bonne qualité en Charente

En Charente, une trentaine de communes sont classées "orange". Autrement dit, l’eau contient trop de pesticides. La faute aux exploitations agricoles assure Martial Koney. Il remarque que les communes mal notées sont souvent placées à proximité des exploitations agricoles, comme dans le cognaçais. “Il y a tellement de pesticides arrosées qu’elles finissent par se retrouver dans les eaux souterraines", déplore-t-il

Message plus ou moins bien reçu du côté des agriculteurs. Jean Bernad-Sallat, le président de la FNSEA, est plus nuancé. “Je ne suis pas capable de vous dire qu’il y en a trop”, tempère-t-il.

Selon lui, les agriculteurs respectent la réglementation européenne et s’adaptent aux aléas climatiques. “On travaille avec du vivant”, insiste-t-il. 

“Il faut mieux analyser”

De l’aveu même du président de l’UFC Que Choisir, leur carte n’est pas assez représentative des niveaux de pollution de l’eau. Il faudrait tester 750 molécules pour avoir une photographie précise. Or, en Charente-Maritime, seulement quatre-vingt-dix-neuf molécules sont analysées. C’est deux fois moins que la moyenne nationale. De quoi remettre en cause les très bons résultats du département.

En Charente, seulement soixante-deux molécules sont analysées. L’UFC Que choisir demande donc à l’Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine d'élargir le nombre de molécules examinées.

Les informations de l'UFC Que choisir seraient erronées

Ce mardi 27 avril, l’ARS Nouvelle-Aquitaine indique que les valeurs fournies par l'association Que choisir ne correspondent pas à la réalité. En Charente, l'établissement recherche 194 molécules dans l'eau. C'est trois fois plus qu'annoncé par l'UFC Que choisir. 

Pour la Charente-Maritime, 110 molécules sont analysées, soit là encore un peu plus qu'indiqué par l'association.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess