Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

En Limousin, les pluies de ces deux derniers mois ne comblent pas le déficit sur l'année

-
Par , France Bleu Limousin

Après un été très sec, le Limousin a bien reverdi grâce aux nombreuses et fortes pluies de ces dernières semaines. Mais c'est trop, et en trop peu de temps, nous dit l'invitée de France Bleu Limousin, hydrogéologue.

Photo d'illustration de la pluie
Photo d'illustration de la pluie © Radio France - Julie Munch

Limousin, France

Des mois et des mois de sécheresse, puis des journées de pluie qui s'enchaînent à partir de fin octobre. L'année 2019 est atypique et inquiétante pour Murielle Thinon-Larminach, hydrogéologue au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) de Nouvelle-Aquitaine. Elle était à 8h15 l'invitée de Nathalie COL.

On a un automne très arrosé : est-ce que ça permet de remonter les niveaux des réserves ? 

Ce n'est pas homogène, il y a des secteurs qui remontent de manière plus importante que d'autres. C'est aussi lié à l'état dans lequel étaient les nappes précédemment. Mais il y a des secteurs qui sont remontés très haut, et même plus haut que les plus anciennes références de "plus hautes eaux" ! On est en train de définir de nouveaux records. Ce qui montre bien combien l'année est atypique, puisqu'il y a quelques semaines, on était dans des records de minimas, et là, ce sont des records de maxima !

On entend souvent qu'il n'y a pas de nappes phréatiques en Limousin, ce n'est pas si simple que ça... 

On a en fait un socle ancien, qui a une faible capacité à garder l'eau. C'est ce qui explique que lorsqu'on a un déficit de pluie, très vite les ressources vont baisser. Et là, actuellement, on a beaucoup beaucoup d'eau, et les nappes se rechargent, mais c'est temporaire. Si dans les mois à venir, il ne pleuvait plus, ces réserves se videraient rapidement. 

A-t-on d'autres techniques pour aller chercher de l'eau ? 

La technique, ce sera toujours un forage pour aller chercher dans le sous-sol. La question, c'est où, et à quelle profondeur. On n'a pas suffisamment étudié les secteurs où il faudrait forer. Et un forage c'est coûteux, donc il ne faut pas se rater. 

On a eu beaucoup de pluie cet automne, avec parfois l'équivalent de plusieurs jours en quelques heures : c'est trop ? 

Oui, c'est presque trop, car cette eau est arrivée tard dans l'année, et on ne peut pas en tirer tout le bénéfice. Ces deux derniers mois, octobre et novembre, ont dépassé les normales saisonnières, mais ils ne permettent pas de rattraper le déficit sur l'année. Même avec un mois de décembre exceptionnel, on n'aurait pas un cumul 2019 équivalent à une année normale. C'est la répartition des pluies dans l'année qui pose problème, il faut des précipitations régulières. Surtout en Limousin où on a des nappes de faible capacité, qui ont besoin d'être rechargées régulièrement. 

C'est presque contre-productif, donc, ces pluies très concentrées ? 

Oui, parce que cette eau, elle va ruisseler, aller dans les rivières... Le bénéfice, c'est qu'il y a quand même des barrages qui peuvent emmagasiner l'eau. Mais on voit bien qu'ils auront parfois du mal à se remplir dans certaines périodes.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu